Grippe : pic la semaine prochaine

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marie Pouchin .

Des hôpitaux sous tension, une pénurie de lit… Les services d'urgences ont du mal à faire face à l'intense épidémie de grippe qui touche la France. Et le pire reste à venir. Le pic n’est pas encore atteint. Reportage à Strasbourg et à Mulhouse

Depuis plusieurs jours, les urgences sont en surchauffe. A Strasbourg, au nouvel hôpital civil, tout comme à Hautepierre, le nombre de malades est en hausse :  + 10 à 15 %.

Ce qui est inédit c'est la gravité des pathologies avec un taux d'hospitalisation de 90 % . C’est deux fois plus que la moyenne. Aux urgences de Mulhouse, une cellule de crise a permis de bien organiser la circulation des patients.



Les services d'urgences ont du mal à faire face à l'intense épidémie de grippe qui touche la France. Et le pire reste à venir ©France 3 Alsace
Hier, la ministre de la Santé, Marisol Touraine a appelé à reporter les opérations non urgentes. Dans les hôpitaux alsaciens, aucune opération n'a encore été déprogrammée. Mais la situation reste préoccupante, face à un virus plus virulent que les autres années.



Et le pire reste à venir. Le pic de l'épidémie est attendu la semaine prochaine. Si les services d’urgence sont préparés, l’épisode met en lumière une nouvelle fois les moyens mis à disposition de l’Hôpital public en France.



Depuis le début de l'hiver, 627 personnes ont été admises en réanimation pour des cas graves de grippe. 52 sont mortes. Une situation exceptionelle mais pas sans précédent. Il y a deux ans, la grippe avait été particulièrement meurtrière. avec une surmortalité de 18 300 décès. La grippe tue 4000 à 6000 personnes par an, en moyenne.

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité