Alsace : avec un lombricomposteur fabriqué localement, les vers s'invitent chez vous pour manger vos déchets

Epluchures, coquilles d'oeuf, marc de café... les vers présents dans le lombricomposteur made in Alsace imaginé par l'entreprise Activaterre permettent de réduire de 30 % ses déchets ménagers. Design et écologique, ce composteur individuel en terre cuite bouscule ses concurrents en plastique. 

Un lombricomposteur d'intérieur made in Alsace
Un lombricomposteur d'intérieur made in Alsace © Xavier Ganaye/Franec Télévisions
Ecologique, simple d'utilisation et spécialement conçu pour les urbains, le lombricomposteur Activaterre fabriqué par Pierre Siegfried de la Poterie Siegfried-Burger et Fils, s'inscrit pleinement dans l'air du temps. Alors que les compostages collectifs connaissent un succès grandissant à Strasbourg, le lombricomposteur apporte une solution individuelle pour recycler ses biodéchets. Mais pour les réduire, il faudra adopter de nouveaux animaux de compagnie : les vers.

"J'ai habité longtemps à la campagne où je compostais, et arrivé en ville, j’ai voulu faire pareil mais les compostages collectifs étaient tous complets chez moi. Je me suis renseigné et la plupart des composteurs sont en plastique", raconte le designer industriel Ferdinand Fraulob. De ce constat est né le lombricomposteur en terre cuite, lui-même biodégradable.

30 % de déchets en moins dans la poubelle

Au début de l'aventure, Activaterre a sélectionné des "familles test" afin de préparer la mise en vente du lombricomposteur. Parmi les sélectionnés, Sébastien Raeppel, qui utilise l'objet depuis le début du mois de mai et pour qui "tout se passe bien." En plus de réduire de 30 % ses déchets ménagers, le lombricomposteur a plusieurs avantages, notamment celui de ne pas dégager de mauvaises odeurs. "Les gens ont des craintes par rapport aux nuisibles, aux odeurs... c'est très simple d’utilisation, il suffit de retirer le couvercle et de donner à manger à nos petits animaux de compagnie qui sont là et qui n’attendent que ça pour éliminer nos déchets", explique-t-il en désignant ses vers. Et avec une famille de quatre personnes, les déchets biodégradables sont importants : "on cuisine et on mange trois fois par jour comme tout le monde donc on a souvent des épluchures, des coquilles d’œufs et des restes de marc de café que les vers apprécient beaucoup."  

Nourrir ses vers

En pratique, il faut compter "500 grammes de nourriture tous les deux jours pour 500 grammes de vers", poursuit Sébastien Raeppel, qui a même pu partir 10 jours en vacances sans problème. Le système en "flux continu", comme l'explique Ferdinand Fraulob, permet de ne pas être en contact avec les vers. "Il est ergonomique, on a tout dans un seul bac et on récolte le compost qu'une seule fois tous les trois mois dans un récipient de deux kilos. Les vers sont en partie haute du bac, là où on leur donne à manger", précise le créateur. Le post ci-dessous le montre en image :

Ecologique, mais design

Si les vers sont bien présents, cela n'empêche pas Ferdinand Fraulob d'avoir pensé l'esthétique du composteur d'intérieur. Cette envie se retrouve notamment dans le choix des matériaux : de la terre cuite, du bois et du liège, dont les ressources sont renouvelables. A contrario, un bac en plastique n'a pas le même impact écologique : "95 % de ce qu'on met sur le marché en plastique ne sera jamais recyclé", appuie le designer. L'ingénieur en mécanique de formation a bien "appris que l’esthétique était une fonction tout aussi importante que l’usage."

Il faudra y mettre le prix pour obtenir ce beau bijou, le lombricomposteur Activaterre de 15 kilos coûte 310 euros. Mais l'initiative semble bien tomber puisque que le plan climat sur la transition énergétique, qui doit entrer en vigueur en 2025, oblige les collectivités à proposer un système de tri des bio déchets pour les habitants, soit par collecte, donc par camion, et les compteurs collectifs et individuels.
 
Un lombricomposteur made in Alsace


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nature déchets ménagers environnement écologie