Annulation du marché de Noël 2020 de Strasbourg : commerçants, artisans, forains, hôteliers au bord de la crise de nerf

Publié le Mis à jour le
Écrit par Anne-Laure Marie .

Plus de deux millions de visiteurs, 250 millions d'euros de retombées économiques. Voilà les chiffres du marché de Noël de Strasbourg. L'annonce de son annulation a glacé d'effroi les commerçants, artisans, forains, hôteliers déjà mis à mal par l'épidémie.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022
Les forains sont sans doute ceux qui ont réagi le plus vivement. "Vous nous tuez!" s'est exclamée une foraine en s'adressant à Jeanne Barseghian au moment où la maire de Strasbourg donnait une conférence de presse ce jeudi 22 octobre pour annoncer que le marché de Noël aurait bien lieu mais sans chalets, une annulation déguisée. Très vite, ils se sont rassemblés et ont le forcing pour obtenir une entrevue avec la mairie, un forcing payant. La nouvelle est tombée en déburt d'après-midi, ils seront reçus le vendredi 23 octobre par la préfecture et à nouveau lundi 26 par la préfecture et l'Agence régionale de santé.
 
"Rendez-vous compte, ce sont des familles entières qui sont menacées, tempête Franck Hoffmann, dont la famille est sur le marché de Noël depuis cing générations, c'est un cataclysme surtout après l'année difficile que nous venons de vivre, nous demandons à rencontrer la maire de Strasbourg, si on n'a pas de nouvelles d'ici 20 heures, on manifeste pendant un mois dans les rues de la ville, notre travail a lieu dans la rue, c'est donc là qu'on sera". Les forains représentent 1/3 des chalets en bois du marché de Noël.

Le marché de Noël dont Strasbourg aurait dû accueillir la 450e édition cette année, c'est 300 chalets en bois répartis dans la ville, plus de deux millions de visiteurs et 250 millions d'euros de retombées économiques. Notamment pour les hôtels et les restaurants, déjà durement éprouvés par la crise sanitaire. "C'est la colère qui l'emporte, explique Pierre Siegel, le représentant des hôteliers strasbourgeois. C'est une décision unilatérale, prise sans concertation. Rendez-vous compte, un seul marché annulé en 450 ans et c'était en 1939/40! On voulait le maintien car il y aurait de toutes façons eu moins de monde, la distance physique se serait faite naturellement". Pierre Siegel reconnaît une perte de chiffre d'affaires de 70% depuis le début de l'année et demande des aides "dignes de ce nom" pour espérer garder ses 23 salariés.
 

Trouver des solutions collectivement


"Pas question de baisser les bras!", Mireille Oster, bien connue pour son pain d'épices, une figure du marché de Noël se dit "sereine, parce que finalement, ça fait six mois qu'on vit dans l'expectative, là au moins on est fixés. Maintenant, il va falloir trouver des solutions pour écouler la marchandise. Je ne vais pas laisser tomber pour des gens inconséquents qui mettent les autres dans l'embarras pour se protéger eux même". Pas la langue dans sa poche, Mireille Oster.

Même discours pour Michel Wagner, marqueteur à Illkirch, présent sur le marché de Noël depuis 1998 et responsable du Specs (syndicat professoinnel des exposants du Christkindelsmärik de Strasbourg). "Ce qui est important, c'est de rebondir, explique-t-il. Il ne faut pas tomber dans la sinistrose. La solution existe collectivement, on réfléchit à des plans B".

Alors même que le monde économique strasbourgeois est suspendu aux annonces qui doivent être faites par le Premier ministre Jean Castex en fin d'après-midi.



 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité