Après sa victoire contre le PSG, l’exploit du Racing est acclamé de toutes parts

© PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP
© PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP

Dans la presse, il n’y en a que pour le club strasbourgeois. La victoire du Racing 2 à 1 contre les stars du PSG a fait la Une des quotidiens régionaux et sportifs, en passant par la presse européenne.

Par Anouk Passelac

« Paris n’aura pas l’Alsace », « Le Racing fait son marché de Noël », « Ici c’est Strasbourg » : les titres de presse de ce dimanche matin sont à la hauteur de la performance du Racing. La veille, l’équipe strasbourgeoise a mis fin au sans faute du PSG, resté jusque-là invaincu de sa saison de Ligue 1.

Sur l’ensemble de la rencontre, le PSG était peut-être supérieur athlétiquement, techniquement, voire tactiquement. Mais le Racing a gagné par son courage, son cœur, sa jugeote et son efficacité.

Le ton est donné par les Dernières nouvelles d’Alsace, pour qui l’équipe de Strasbourg a su jouer collectif pour marquer contre PSG grâce à un but de Da Costa à la 13e minute, puis un de Bahoken (65e minute).


L’Equipe va dans le même sens et salue la solidité de la défense du Racing :

Quand ils ont sérieusement souffert, notamment dans les dix dernières minutes de chaque période, ils ont su tacler, se jeter et s’arracher pour réduire les espaces au maximum. Il y avait toujours un pied de défenseur, une main de gardien, un poteau, voire le dos de Marquinhos pour les protéger d’une désillusion.

La presse européenne s'empare du sujet

Les journaux sportifs européens ont, eux aussi, commenté le match, du point de vue la débâcle parisienne. Le quotidien espagnol Marca y a consacré une partie de sa Une, indiquant "Le PSG descend de son nuage." Sur Twitter, le journal en rajoute une couche: "Ce PSG n'est pas invincible".
 


Même la presse allemande en parle car l'équipe parisienne doit affronter Munich en Ligue des Champions mardi prochain. « Un promu ridiculise le leader » (Sport1), « Première déconfiture » (Kicker), titrent les journaux outre-Rhin. 

"Aux Bavarois d'évaluer la gravité exacte de ce flop", déclare d'ailleurs en Italie la Gazetta dello Sport.

Euphorie des joueurs, pragmatisme de l’entraîneur


« Les Strasbourgeois avaient des mines juvéniles, au coup de sifflet final, hilares comme des enfants qui venaient de chaparder le pot de confiture. », s’amusent les Dernières nouvelles d’Alsace. « Mais cela ne rapporte pas plus de trois points », rappelle de son côté L’Equipe :

L'entraîneur strasbourgeois était heureux, bien sûr, par ce succès arraché au forceps face à la machine parisienne, mais à peine sorti du vestiaire, il prévenait toute euphorie et refusait d’y voir autre chose qu’une avancée précieuse au classement.

Un examen sévère que Le Figaro Sport 24 contrebalance par un constat:

De l’effectif strasbourgeois, six joueurs évoluaient régulièrement en L1 en 2011 lorsque Paris passait sous pavillon qatari. Le reste fréquentait la Ligue 2, le National, les divisions inférieures et même les classes biberons.

Il y avait donc quand même de quoi être fier…

A lire aussi

Sur le même sujet

Entretien avec... Farouk Madaci, entraineur à l'Efsra de Reims

Près de chez vous

Les + Lus