Canicule : sauter des ponts, la principale cause de noyade à Strasbourg

Publié le
Écrit par Sophie Mercier .

En ce week-end de fortes de chaleur, les autorités redoutent une multiplication des comportements dangereux pour se rafraîchir. Chaque année, de nombreux jeunes se noient en sautant des ponts à Strasbourg. Les voies navigables de France rappellent que cette pratique est strictement interdite.

Alors que le thermomètre va frôler les 37 degrés ce week-end, certains Strasbourgeois tentent désespérément de se rafraîchir dans les rares points d’eau qu’offre la ville. L’Ill, d’ordinaire peu attractive, attire chaque été de nombreux jeunes, prêt à sauter dans l’eau malgré l’interdiction. Une activité qui occasionne de nombreux accidents et noyades. Les ponts représentent le principal danger, et les occasions sont nombreuses car la ville en compte près de 230.

Des accidents à répétition

Il y a un an, le 20 juin 2021, le corps d’un jeune homme de 17 ans avait été repêché dans l’Ill après avoir été aperçu par un groupe de joggeurs à hauteur du Pont Phario à Schiltigheim. Le lycéen était recherché depuis trois jours par les pompiers du Bas-Rhin après avoir sauté dans l’Ill depuis la passerelle Ducrot pour fêter la fin des épreuves de philosophie du baccalauréat. Rapidement mis en difficulté, le jeune homme n’a pas pu être secouru par son groupe d’amis, et a disparu sous leurs yeux. 

Un accident tragique qui se reproduit chaque année. 20% des noyades accidentelles ont lieu dans des cours d’eau. Elles représentent 40% des noyades mortelles, et touchent principalement des adolescents et jeunes adultes. Des jeunes qui sous-estiment le danger, mais aussi leurs propres limites et se laissent souvent entraîner par l’effet de groupes lors de soirées.

Des risques sous-estimés

Les sauts pratiqués depuis les ponts sont particulièrement dangereux, et représentent le risque maximum d’accidents mortels. En effet à l’endroit où sont construits les ponts, se cachent des ouvrages qui, en cas de saut, peuvent se révéler mortels : blocs de béton, pieux métalliques, amoncellement de roches. Les canaux sont parfois peu profonds et la chute peut être brutale. Une fois dans l’eau, il est parfois impossible d’accéder à la berge, et les victimes peuvent vite s’épuiser en luttant contre le courant.


Les voies navigables de France rappellent également que la baignade à proximité des écluses et des barrages est interdite. Ces ouvrages provoquent des remous invisibles mais très puissants. Les manœuvres y sont nombreuses et le risque de se faire percuter par une embarcation est donc important. 

De plus, en raison d’une visibilité très mauvaise sous l’eau, le sauvetage d'un baigneur en immersion est très difficile, voire impossible.

Appel à la prudence

Avec la hausse des températures, les voies navigables de France redoutent une multiplication des comportements dangereux et donc une multiplication des accidents et noyades. VNF rappelle que la baignade en rivière ou dans les canaux est interdite en dehors des zones aménagées et relance sa campagne de sensibilisation avec le hashtag #coulepastonété.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité