Chacun chez soi, mais tous ensemble : à Strasbourg, en plein confinement, l'enthousiasmant fitness des balcons

Ils se croisaient sans se connaître. Depuis trois semaines, les habitants d'une résidence de Strasbourg font du sport tous ensemble, chacun sur leur balcon, deux fois par semaine, entraînés par un de leurs voisins, coach sportif. 3, 2, 1... On garde la position pour lire... Ambiance !

"On ne relâche pas, on monte les genoux !"
"On ne relâche pas, on monte les genoux !"
"Bonjour tout le monde ! Est-ce que ça va ???" lance Juan depuis son balcon du troisième étage. Tout autour, une trentaine de voisins, tout en fluo, en lycra et en choeur : "Ouiiiii !!!" Ils commencent à avoir l'habitude, ces habitants du parc du Heyritz, à Strasbourg. Et à être accros. Depuis trois semaines, ils sont de plus en plus nombreux à participer aux séances de fitness collectives qui sont organisées en fin de journée.
 
Juan a préparé une playlist. Il fait signe à Victor, au 4ème étage, qui va lancer la musique, et c'est parti.
 
Au premier plan, Juan et sa compagne... Et le petit point jaune en haut de l'image, c'est Victor, qui gère la sono
Au premier plan, Juan et sa compagne... Et le petit point jaune en haut de l'image, c'est Victor, qui gère la sono © K. Gélébart

Il est 18 heures et la séance commence. Chacun sur son balcon. Seul, en couple ou en famille. Quelques échauffements, et c'est parti pour 45 minutes de transpiration. Mais à bonne distance les uns des autres. "Descend bien les fesses, regarde droit devant toi !" Juan enchaîne consignes et conseils. Partout autour, les voisins effectuent fentes et "montées de genoux".
 
"Tous les soirs, on a un voisin qui met de la musique pour mettre de l'ambiance et pour encourager le personnel médical. C'est parti de là. Certains ont lancé l'idée d'une séance de sport en musique tous ensemble alors j'ai proposé mes services" sourit Juan Helmer, le "coach des balcons". Au chômage technique depuis le début du confinement, il se réjouit de pouvoir apporter cette animation à ses voisins. "Tout le monde s'éclate, il y a de la bonne humeur, il y en a même qui viennent de la résidence derrière". Au pied des immeubles, ils suivent la séance, à distance, pour respecter les consignes de sécurité.
 
Un sac à dos en guise d'altères, les sportifs font avec les moyens du bord
Un sac à dos en guise d'altères, les sportifs font avec les moyens du bord © K. Gélébart

Un éloignement qui rapproche

Cette situation de confinement a finalement permis à ces voisins de faire connaissance. Joris Jaeggy vient pour la première fois. Il habite un immeuble à l'arrière. "Dans cette période, c'est sympa de pouvoir penser à autre chose et faire du sport". Au rez-de-chaussée, Océane Rieu est enthousiaste : "Depuis qu'on est tous confinés, on s'est tous rapprochés". Et les séances de sport font des émules : "Après, à 18h50, on a apéro en musique. A 20 heures, on se tourne tous vers le Nouvel Hôpital Civil pour applaudir. Et comme on est samedi, la musique, ce sera jusqu'à 21 heures" détaille la jeune femme de 24 ans.
 
Désormais, les séances ont lieu deux fois par semaine, le mercredi et le samedi à partir de 18 heures. A la fin du confinement, les sportifs des balcons espèrent bien organiser un grand barbecue pour se rapprocher et faire davantage connaissance.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport santé société coronavirus coronavirus : envie d'évasion
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter