Déraillement du TGV Strasbourg-Paris : la ligne devrait être partiellement remise en service à la mi-septembre

Le président de SNCF Réseau a annoncé le 21 juillet 2020 la remise en service de la ligne à grande vitesse allant de Strasbourg à Paris pour le mois de septembre, dans le meilleur des cas. Le second tronçon de la LGV Est est en travaux depuis le mois de mars en raison d'un affaissement de terrain.
Le train accidenté le 5 mars 2020 en direction de Paris.
Le train accidenté le 5 mars 2020 en direction de Paris. © SNCF
Les TGV, dont le Strasbourg-Paris, devraient de nouveau circuler sur le second tronçon de la ligne à grande vitesse Est (LGV) d'ici la deuxième semaine de septembre, a annoncé Luc Lallemand, président de SNCF Réseau, lors d'une rencontre avec le président de la région Grand Est, Jean Rottner, le 21 juillet. Ce tronçon a été endommagé lors d'un déraillement survenu le 5 mars 2020 vers 7h45 suite à un affaissement de terrain au niveau d'Ingenheim (Bas-Rhin) alors que le TGV roulait à 298 km/h. 21 personnes avaient été légèrement blessées. 

Cette remise en service sera d'abord partielle, a indiqué Luc Lallemand, et ne concernera qu'une portion de la ligne. Les travaux sont en effet importants et ont pris du retard en réseau du confinement. Au sujet de la durée des travaux, Luc Lallemand parle de "prix à payer pour être en sécurité." C'est d'ailleurs pour cette raison que le trajet devrait mettre dix minutes de plus que prévu durant les premières semaines, le temps de s'assurer que la ligne est opérationnelle. Le trajet est donc estimé à environ 1h55, contre 1h45 habituellement.
 
Le train a engendré un affaissement de terrain au niveau d'Ingenheim.
Le train a engendré un affaissement de terrain au niveau d'Ingenheim. © SNCF

"Le sujet des ouvrages en terre est un sujet complexe. il y a des masses très importantes de terre et de matières qui sont en jeu et par ailleurs, nous souhaitons innover avec l'installation de capteurs spéciaux qui doivent pouvoir donner des signaux précurseurs à l'avenir lorsqu'il y aurait de nouveau déplacements éventuels de talus", poursuit le président de SNCF Réseau, qui, pour l'anecdote, a pris ses fonctions quatre jours avant l'événement. Depuis l'accident, le trajet Strasbourg-Paris dure entre 2h30 et 2h45. Les voyageurs devront encore s'armer de patience. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
trains régionaux économie transports sncf