• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

VIDEO - Revoir la cérémonie d'hommage à Tomi Ungerer en la cathédrale de Strasbourg

L'Alsace rendra un dernier hommage à Tomi Ungerer vendredi 15 février à 10 heures en la cathédrale de Strasbourg. / © Jean-Marc Loos (photo de gauche) / Stephanie Pilick (photo de droite) / MaxPPP
L'Alsace rendra un dernier hommage à Tomi Ungerer vendredi 15 février à 10 heures en la cathédrale de Strasbourg. / © Jean-Marc Loos (photo de gauche) / Stephanie Pilick (photo de droite) / MaxPPP

Revivez les adieux de l'Alsace à Tomi Ungerer ce vendredi 15 février, en la cathédrale de Strasbourg. 

Par AR

Salut Tomi! Ce vendredi 15 février, l'Alsace et Strasbourg, sa ville natale, ont rendu un dernier hommage à l'artistedécédé le 9 février 2019, à Cork en Irlande à l'âge de 87 ans. Une première cérémonie, plus intime, avait eu lieu mardi 12 février en irlande, pays d'où est originaire sa femme. Conformément aux volontés de Tomi Ungerer, ses cendres seront réparties entre l’Irlande et Strasbourg. 

La cérmonie a commencé par un chant yiddish Mein Ruheplatz qu'appréciait beaucoup Tomi Ungerer, interprété par Astrid Ruff accompagnée d'Erwin Siffer. Conformément aux dernières volontés de Tomi Ungerer, le comédien et chansonnier Roger Siffer a interprété quant à lui trois chansons: Ich hatt’einen Kameraden , O Strassburg et Die Gedanken sind frei. 
 

La cérémonie d'hommage était présidée par monseigneur Ravel, archevêque du diocèse de Strasbourg et l'homélie prononcée par Michel Wackenheim, archiprêtre de la cathédrale. Le pasteur Christian Krieger, ami de la famille a également rendu un hommage à l'artiste alsacien, tout comme le maire de Strasbourg, Roland Ries. Des lectures, prières et chants ont été donnés en allemand, en français, en alsacien, et en anglais : une volonté de Tomi Ungerer.

Cette émission spéciale de France 3 Alsace était présentée par Christian Hahn, producteur, animateur et réalisateur, en 2001, d'un documentaire sur Tomi Ungerer.

 

A lire aussi

Interview du doyen de la faculté des sciences de Nancy

Les + Lus