Eclairage des vélos la nuit: la police et l'Eurométropole rappellent les règles

Hier soir, la police municipale et nationale ont arrêté les cyclistes qui roulaient sans lumière. Pas de sanction mais un rappel de la réglementation en vigueur. / © Loïc Schaeffer. Francetv.
Hier soir, la police municipale et nationale ont arrêté les cyclistes qui roulaient sans lumière. Pas de sanction mais un rappel de la réglementation en vigueur. / © Loïc Schaeffer. Francetv.

Comme tous les ans dès que l'hiver approche, la police municipale, nationale et l'Eurométropole ont mené conjointement une opération de sensibilisation au centre-ville de Strasbourg. Objectif: rappeler aux cyclistes les règles concernant l'éclairage de leur vélo la nuit. 

Par Loic Schaeffer

11€: c'est la contravention que vous risquez de payer si vous roulez à vélo la nuit sans lumière et que la police vous interpelle.

L'amende sera même de 22€ s'il vous manque les deux lampes, et davantage encore si vos rayons ne sont pas équipés de catadioptres, ces systèmes lumineux en plastique orange que l'on fixe sur les roues et qui réfléchissent la lumière. 

"Les règles sont simples: il faut une lampe blanche à l'avant, une rouge à l'arrière sans oublier les catadioptres, rappelle Raphaël Bapst, brigadier de la police nationale à Strasbourg. 

Hier soir, à l'angle de la Grand' rue et de la rue de la division Leclerc, la demi-douzaine de forces de l'ordre n'ont pas sanctionné les contrevenants potentiels, mais les ont arrêtés par dizaines à partir de 17h30 pour leur expliquer la réglementation et leur distribuer des kits de secours, comportant deux lampes et des catadioptres.

Le kit de secours distribué gratuitement hier soir comprenait une lampe blanche pour l'avant, une lampe rouge pour l'arrière, et des catadioptres à fixer aux roues. / © Loïc Schaeffer. Francetv.
Le kit de secours distribué gratuitement hier soir comprenait une lampe blanche pour l'avant, une lampe rouge pour l'arrière, et des catadioptres à fixer aux roues. / © Loïc Schaeffer. Francetv.


20% des vélos non équipes à Strasbourg

Selon les estimations de la ville, 20% des vélos strasbourgeois déambulent sans lumière une fois que la nuit tombe. Un chiffre jugé encore trop élevé, et c'est pour cela qu'une opération de sensibilisation est menée chaque fin d'année, dès lors que la nuit tombe tôt, aux alentours de 17h.

On constate une amélioration, certes, mais les cyclistes n'ont pas toujours conscience du danger. Le risque principal qu'encourt un vélo qui roule sans équipement lumineux, c'est d'entrer en collision avec un piéton, une voiture ou même le tram. Le centre-ville de Strasbourg étant relativement dense, ça n'arrange pas les choses

              Raphaël Bapst, brigadier de police nationale

A Strasbourg, première ville cyclable de France, avec 560 kilomètres de piste et près de 50% de la population qui est adepte du deux-roues, la sécurité des cyclistes est un enjeu qui revêt une importance encore accrue.

Strasbourg, première ville cyclable de France

Et si les usagers comprennent le sens de l'opération, ils ne se sentent pas nécessairement en danger à rouler sans lumière, justement parce que les infrastructures sont bien présentes.

Il y a des pistes partout, les voitures et les bus font attention, donc je ne me sens pas particulièrement exposé

                 Un cycliste roulant sans lumière

Et même lorsqu'on décide d'investir dans des équipements d'éclairage, encore faut-il que l'équipement en question soit efficace. Chez Cyclable, un magasin de vélo proche du centre de Strasbourg, on constate chaque début d'hiver une explosion des ventes de systèmes lumineux, mais aussi que la plupart des cyclistes se contentent de l'investissement minimal. 

40€ pour un équipement de qualité et d'un bonne durée de vie

"Il existe de petites lampes d'appoint qui coûtent moins de cinq euros. Elles ont le mérite d'exister mais ne permettent pas vraiment d'éclairer son chemin, explique Yannick Giess, co-gérant de la boutique.

Un équipement performant avec une durée de vie longue, d'environ dix ans, coûte autour de 40€. Un budget conséquent compte tenu des vols fréquents de ces équipements, en particulier dans un environnement urbain.

"Il suffit d'oublier une fois sa lampe sur son vélo pour qu'on se la fasse piquer!", confie Yannick Giess.

Sur cet aspect-là sans doute aussi, il reste de la pédagogie à faire. L'opération menée hier soir a également permis, en parallèle, de sensibiliser les cyclistes à la cohabitation avec les piétons et au danger de rouler avec une vitesse inadaptée en zone piétonne.

A lire aussi

Sur le même sujet

Epernay : un dispositif de sécurité renforcé pour les Habits de Lumières

Près de chez vous

Les + Lus