• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

VIDEO - En l'an 2000, un attentat déjoué au marché de Noël de Strasbourg

© Jean-Marc Loos / France 3 Alsace
© Jean-Marc Loos / France 3 Alsace

Un projet d'attentat avait déjà été déjoué en 2000. Il visait le marché de Noël de Strasbourg juste avant le réveillon de la Saint Sylvestre. Une cellule terroriste avait été démantelée à Francfort par la police allemande. 

Par Daniel Gerner

C'était il y a dix-huit ans. Un projet d'attentat par une cellule terroriste, visant le cœur de Strasbourg et le marché de Noël. Une bombe au pied de la cathédrale, un plan déjoué avant le drame, contrairement à l'attentat perpétré ce mardi soir. "Cela aurait été un massacre",  selon l'un des responsables des services de renseignements français. "On était à quelques jours de l'opération. Les repérages étaient faits. L'explosif était déjà stocké." Et à l'époque déjà, les terroristes avaient un lien avec l'Allemagne, comme le révélait un documentaire diffusé sur France 2 le 13 novembre 2018.
 


C'est en effet grâce à la coopération des polices françaises et allemandes que l'attentat de 2000 avait été déjoué, les suspects interpellés à Francfort. Cette fois-ci le tueur a pu passer à l'acte, malgré des mesures de sécurités drastiques, notamment depuis les tueries de Paris le 13 novembre 2015. D'après le Ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, le tueur de Strasbourg est "un homme très défavorablement connu pour des faits de droit commun pour lesquels il a déjà fait l’objet de condamnations en France et en Allemagne et pour lesquels il a purgé ses peines." 
 


Selon l'agence de presse allemande dpa et nos confrères de Focus, le dénommé Cherif C., né à Strasbourg en 1989, avait été condamné mi-2016 par le tribunal de Singen (Baden Wurtemberg) pour des cambriolages aggravés à deux ans et trois mois de prison ferme. Il a été libéré et expulsé vers la France l'année dernière. 

L'homme aurait également cherché à fuir en direction de l'Allemagne. Les polices allemandes et françaises ont rapidement mis en place un barrage filtrant au niveau du pont de l'Europe à l'entrée de Kehl. A l'heure actuelle, la traque se poursuit.



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview du doyen de la faculté des sciences de Nancy

Les + Lus