Internationaux de tennis de Strasbourg : l'Alsacienne Sarah Iliev éliminée avec les honneurs

Elle a tout donné, la jeune joueuse alsacienne de 16 ans, Sarah Iliev, ce lundi 22 mai, sur le central des internationaux de Strasbourg. Sortie des qualifications, elle disputait son premier match d'un tournoi de ce niveau et a dû s'incliner face à l'Américaine Lauren Davis 7-5, 6-0. Il y en aura sans doute beaucoup d'autres.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

C'est terminé pour la jeune Sarah Iliev, 16 ans. Qualifiée pour le tableau final après un match marathon de 3 heures hier, la joueuse alsacienne a dû s'incliner ce lundi 22 mai sur le central des internationaux de Strasbourg contre l'américaine 56e mondiale, Lauren Davis, 7-5, 6-0.

"Un peu de déception évidemment, reconnaît-t-elle après son match en conférence de presse, parce que je me sentais pas loin, je mène 5-3 dans le premier set mais après ça devient compliqué et je n'arrive pas du tout à m'en sortir".

Un premier tour dans le tableau final d'un tournoi WTA femmes, c'était une première pour la pensionnaire du tennis club du parc d'Ostwald (TCPO), classée au-delà de la 700e place mondiale mais qui devrait grapiller des points après son beau parcours à Strasbourg. "Ca m'a fait plaisir de jouer sur le grand court aujourd'hui", sourit Sarah Iliev, qui espère qu'il y en aura d'autres. Parce qu'à 16 ans, elle ne peut pas encore participer à de trop nombreux tournois seniors.

Un niveau de jeu encourageant

D'ailleurs dans deux semaines, la jeune alsacienne participera au tournoi juniors de Roland Garros. "C'est sûr que ma victoire hier et mon niveau de jeu, ça me donne de la confiance, c'est bien".

Un jeu plutôt atypique avec beaucoup de variations dans les coups. Pas de grandes frappes droite-gauche comme on a l'habitude de le voir sur le circuit féminin mais une alernance de frappes bombées, de chops et d'amorties. "Ca fait plusieurs fois que je joue contre des filles de bon niveau et que je peux réussir à installer mon jeu, je me rends compte que ça fonctionne, c'est encourageant", assure Sarah, déterminée.

En attendant, la jeune joueuse peut profiter du spectacle qui se profile sur les courts du Wacken puisque les internationaux de Strasbourg ne font que commencer. La finale, c'est ce samedi.