• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

« J’avais très peur de tomber avec la robe de mariée » : la nouvelle Miss Alsace Laura Theodori raconte son élection

Laura Theodori / © Document officiel/France 3 Alsace
Laura Theodori / © Document officiel/France 3 Alsace

A 23 ans, Laura Theodori a été élue Miss Alsace 2019. Au soir de son sacre, elle raconte le concours et explique ses motivations.

 

Par Caroline Moreau (Propos recueillis par Claire Peyrot)

 
Elles étaient 17 jeunes Alsaciennes à postuler pour le titre de Miss Alsace 2019, avec en ligne de mire une participation au concours national en 2020. Entretien avec la nouvelle reine.

Comment naît l'idée de devenir miss ?

J’ai rencontré par hasard une ancienne miss qui m’a vanté les mérites du concours, m'expliquant que c'était très enrichissant et qu'on pouvait faire de belles rencontres. Je me suis dit "pourquoi ne pas tenter l’aventure ? J’ai 23 ans, c’est aujourd’hui ou jamais !" Et c’est vrai que l’aventure Miss France nous met des étoiles dans les yeux. Tous les ans, j’ai l’habitude de regarder [la retransmission du concours] avec ma grand-mère. On me disait toujours « un jour, Laura ce sera peut-être toi sur le plateau" et que ça m’arrive, c’est exceptionnel !
 
Les larmes d'émotion de Laura Theodori lors de son sacre. / © V. Ruiz Suri/France 3 Alsace
Les larmes d'émotion de Laura Theodori lors de son sacre. / © V. Ruiz Suri/France 3 Alsace


Comment on vit le fait de n’avoir que quelques secondes pour se présenter ?


Le discours est très stressant. Parler devant 900 personnes est un bon exercice, je pense qu’à mon prochain entretien d’embauche, il n’y aura plus de soucis (rires). Ca va vite, on essaye de dire en un minimum de temps tout ce que l’on peut sur nous. Il faut que l’on faire ressentir au public qui on est et ce que l’on a envie de transmettre.
 
 

Qu’est-ce qui vous a le plus stressé ?

La robe de mariée. J’avais une longue traîne devant, du coup j’étais pas rassurée, j’arrivais vraiment pas à marcher avec les talons. Je me suis dit qu’il ne fallait pas que je tombe. Mais j’ai tenu ma robe, j’ai marché tout doucement et tout s’est bien passé. Ce sont vraiment le discours et la peur de tomber que l’on redoute le plus.


Une fois sacrée, comment se sent-on ?

J’ai eu du mal à réaliser. A l’annonce des résultats, je ne m’y attendais. J’ai des larmes de bonheur et de joie qui ont coulées. Avec le stress qui retombe, je me sens fatiguée mais je me suis parée et motivée pour les semaines à venir.


Est-ce que pour devenir Miss Alsace, être la plus jolie suffit ?

C'était peut-être comme ça par le passé, mais aujourd’hui je pense que ça ne suffit plus. Si la fille a quelque chose dans le cerveau, ça compte. Il faut aussi savoir s’exprimer, parler en public, être à l’aise, être empathique avec les gens, je sais que c’est l’une de mes qualités. Tout cela est très important.


Comment appréhendez-vous les prochaines semaines ?

Je m’attends à beaucoup de rendez-vous avec la presse, et pour des photos. Je vais faire du sport aussi pour la préparation. Je pense que ça va être fait de beaucoup de rencontres. Sylvie Tellier, la déléguée nationale du comité Miss France, nous met tout de suite à l’aise en nous disant qu’il ne faut pas se prendre la tête, que c’est une belle aventure, que tout va bien se passer. Donc cool….

 



 

Sur le même sujet

Tournesol géant

Les + Lus