Jardins et potagers : que faire après la période de gel sur les arbres et les plantes

La période de gel nocturne de ce mois d'avril 2021 est une catastrophe pour les arboriculteurs et les viticulteurs. Mais qu'en est-il pour nos arbres, arbustes et autres plantes du potager. Eric Charton, expert jardinier, nous rassure.

Bourgeons recouvert par le gel
Bourgeons recouvert par le gel © Jean-Luc Flémal/BELPRESS/MAXPPP

L'épisode de gelées nocturnes de cette mi-avril 2021, survenu après un épisode de chaleur, est une catastrophe pour les professionnels de l'arboriculture et la viticulture. Les bourgeons qui avaient eu le temps d'éclore ont gelés. Pour les particuliers, il en est de même. Nos arbres, arbustes et plantes ont subi le même sort. Pourtant Eric Charton, expert jardinier et animateur au Club relais jardin et compostage de l'Eurométropole de Strasbourg se veut rassurant. 

Que faire pour les arbres et arbustes fruitiers ? 

Une fois que le gel a sévi, il n'y a pas grand-chose à faire. L'arbre, qui ne va pas pouvoir faire de fruits, puisque ses bourgeons ont été brûlés par le gel, va "faire du bois" à la place. Il vous faudra, à l'automne effectuer une taille sévère de ces jeunes bois. D'ici là, vous pouvez retirer quelques bouts de branches si elles sont totalement noircies, mais c'est tout. L'arbre connaît ces aléas météo. Il sait comment gérer la crise. Cette année il donnera, de fait, moins de fruits, mais en vertu du phénomène d'alternance, il en donnera plus l'année prochaine, en 2022.

Une année à fruits provoque une forme de stress chez l'arbre, qui se méfie et qui lance des signaux pour avoir moins de fleurs à fruits l'année suivante. C'est un phénomène botanique très complexe, à la fois génétique et lié à des phénomènes extérieurs comme la durée du jour où la température. Dans le langage des jardiniers, on appelle cela l'induction florale. Les bourgeons qui sont présents dès l'automne déterminent s'ils veulent devenir des fleurs ou des feuilles. La présence de pépins (ou de noyaux) des fruits en grand nombre aide l'arbre à procéder à cette alternance.

Certains vergers de mirabelliers de Meurthe-et-Moselle semblent avoir été épargnés par la vague de gel.
Certains vergers de mirabelliers de Meurthe-et-Moselle semblent avoir été épargnés par la vague de gel. © Sophie Gueffier / FTV

Il y a des espèces de pommiers connues pour être plus "alternantes" que d'autres. La reine des reinettes, par exemple est coutumière du fait, tandis que la golden, préférée des arboriculteurs, donne également chaque saison et garantit ainsi une production régulière.

Pour remédier à ces périodes de gels de printemps, l'astuce d'Éric, c'est de planter des variétés d'arbustes fruitiers à floraison tardive : des anciennes variétés de poires, comme la poire curé, et certains groseilliers, chaque espèce d'arbuste a ses variétés tardives. Demandez conseil à vos pépiniéristes. Sachant qu'en plus, les insectes pollinisateurs sont plutôt frileux, cela leur convient mieux d'avoir à faire leur boulot quand les grands froids sont passés. 

Que faire pour les arbustes à fleurs ? 

Ce n'est pas grave non plus pour les arbustes. Le végétal va repousser sur les bourgeons dormants. Coupez juste les extrémités noircies. Un rosier ou un hortensia par exemple se taillent en trois fois. Une première taille à l'automne qui consiste à retirer le bois: on rabat l'arbuste de moitié, on appelle ça la taille au carré. Puis on laisse l'arbuste tranquille tout l'hiver et on fait la taille de printemps.

Si vous avez taillé trop tôt cette année, avant cette période de gel, vous aurez un peu moins de fleurs. En temps normal, ce sont d'abord les bourgeons les plus hauts sur les branches qui fleurissent, ceux qui sont près du ciel. Lorsqu'on taille trop tôt dans la saison, on retarde la pousse des bourgeons et donc des fleurs. Dans tous les cas, taillés trop tôt ou à temps, les bourgeons du bas fleuriront et ce sont ceux qui nous intéressent le plus.

Sachez qu'en cas de gelée, vos arbustes en pleine terre sont plus protégés que ceux qui sont en pots.

Que faire au potager ?

Une fois encore, pas grand chose. Si vous avez fait des semis en pleine terre, en principe, elle les a protégés. Vérifiez tout de même, si vous avez subi un épisode de pluie après les gelées, que les graines n'aient pas pourries. Mais le plus grand risque c'est de prendre un peu de retard. Jusqu'à trois semaines. Carottes, panais, petits pois ont dû résister. Oignons, échalotes et aulx (un ail, des aulx) ont l'habitude des froidures d'hiver, aucune crainte. Les betteraves sucrières et les salades ont sûrement pris un coup. Repiquez-en d'autres.

Pour les plantes à repiquer, pas de problème puisque vous n'avez pas encore repiqué (idéalement vous attendez le 13 mai). Ou si vous l'avez fait c'est sous une couche ou un tunnel qui vous auront peut-être évité le pire. Surtout si vous avez bien fait attention à éviter les courants d'air nocturnes. Sinon, comme tout jardinier qui se respecte, vous replantez une nouvelle série. En ce moment n'hésitez pas à sortir vos jeunes plants en pots dehors mais rentrerez-les chaque soir.

Un petit bain de soleil chaque jour pour vos plantations et surtout un retour à l'intérieur en fin de journée vont les aider à se fortifier.
Un petit bain de soleil chaque jour pour vos plantations et surtout un retour à l'intérieur en fin de journée vont les aider à se fortifier. © Sophie Gueffier / FTV

Cela va contribuer à les fortifier. Eric les appelle ses "empotés", j'aime beaucoup la formule. 

Quant aux patates, le moment idéal de plantation c'est quand vos lilas fleurissent, dixit Éric. Il paraît que c'est le bon stade phénologique. Et si vous n'avez pas de lilas, me direz-vous ? Allez faire un tour dans le quartier, vous finirez bien par un trouver un.

Plus largement, comment protéger son jardin contre le gel ?

Les méthodes sont empiriques et elles ont fait leurs preuves. Replanter des haies par exemple pour créer une ceinture de protection autour de votre jardin ou potager. Cela génère - toutes proportions gardées - un microclimat. Eviter les monocultures. Ne pas trop arroser lorsqu'il fait froid. Ou le must, créer votre propre jardin forêt tempéré. Éric Charton nous expliquera comment faire dans un prochain article, peut-être ?

Sinon, comme il est dit plus haut, pensez tout simplement à investir dans un tunnel de protection ou des châssis. Châssis froid tout simple en bois de récup' recouvert d'une vieille fenêtre, à concevoir soi-même, ou châssis chaud, c'est-à-dire la même chose mais entourée de fumier de cheval. À vous de jouer !

Défi du jour : répétez à haute voix dix fois de suite : ces artichauts sont-ils au chaud dans ces châssis chauds ?

 

Retrouvez ci-dessous tous nos conseils jardinage, saison par saison. Faites défiler les articles en cliquant sur les flèches ou cliquez sur la saison de votre choix dans la chronologie.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jardinage loisirs sorties et loisirs météo