L'université de Strasbourg veut devenir le premier campus sans tabac de France

C'est une nouvelle étape dans la lutte contre le tabac après les parcs de Strasbourg (Bas-Rhin). À compter du mois de novembre, il ne sera plus possible de fumer sur certains emplacements du campus de l'université strasbourgeoise (Unistra).

Le parvis de la faculté de droit est prisé des fumeurs et fumeuses. Mais il leur faudra peut-être trouver un autre endroit à compter du mois de novembre 2021.
Le parvis de la faculté de droit est prisé des fumeurs et fumeuses. Mais il leur faudra peut-être trouver un autre endroit à compter du mois de novembre 2021. © Vincent Ballester, France Télévisions

"Le tabac, c'est tabou : on en viendra tous à bout." Ce slogan tiré du film comique Le Pari pourrait bien devenir le nouveau credo de l'université de Strasbourg (Unistra, située dans le Bas-Rhin). Une convention entre l'Unistra et la Ligue contre le cancer a été signée le lundi 31 mai 2021. Il s'agit de la date où a lieu la journée mondiale sans tabac.

Une expérimentation a été menée depuis le 2 novembre 2020 : il a été interdit de fumer sur les parvis de la faculté de pharmacie et de l'Institut de génétique et de biologie moléculaire (IGBMC). Le 1er novembre 2021, cette interdiction sera étendue à "d'autres parvis", mais on ignore encore lesquels : on sait que la faculté de médecine et le campus central de l'Esplanade devraient être concernés (voir les localisations sur la carte ci-dessous).

Cette mesure a déjà été prise à l'étranger, et a inspiré le campus de l'École des hautes études en santé publique (EHESP), situé à Rennes (Ille-et-Vilaine). C'est aussi le cas sur le campus santé d'Angers (Maine-et-Loire). Mais l'université de Strasbourg pourrait devenir la première à poser une telle interdiction sur l'ensemble de ses composantes et bâtiments. Ses intentions se préciseront d'ici le mois de novembre.
 


L'anathème ne sera pas jeté sur les fumeurs et fumeuses. Des enquêtes de terrain menées par la faculté de pharmacie ont montré un double-désir : avoir un campus sans tabac, tout en réservant des espaces spécifiques aux personnes qui fument. Il ne s'agira donc pas d'une interdiction totale, comme dans les parcs de Strasbourg.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jeunesse société famille santé tabagisme