Municipales de 2020 à Strasbourg : la liste socialiste veut faire la part belle à la société civile

Mathieu Cahn, tête de liste du Parti socialiste à Strasbourg (au premier plan, à gauche). / © Dominique GUTEKUNST, maxppp
Mathieu Cahn, tête de liste du Parti socialiste à Strasbourg (au premier plan, à gauche). / © Dominique GUTEKUNST, maxppp

33 candidats socialistes, 32 pour la société civile. C'est le pari de la liste menée par Mathieu Cahn : trouver une bonne moitié d'oiseaux rares pour compléter sa liste pour les élections municipales. Non encartés, mais si possible avec une sensibilité socialiste. Les places sont encore ouvertes.

Par Caroline Kellner

On connait depuis jeudi 19 décembre les 33 candidats socialistes pour les élections municipales de 2020. Des anciens et des nouveaux, un peu comme le duo de tête qui comprend Mathieu Cahn, censé incarner la nouvelle génération, et Catherine Trautmann, qui elle représente l'expérience de la Ville et de l'Eurométropole.

La parité est respectée et on peut reconnaître que les noms peu connus, voire pas connus du tout, sont plutôt en haut de la liste. Officiellement, selon un membre du parti : "Ceux qui rempilent le font parce qu'ils veulent continuer ce qu'ils ont commencé." Ils seraient aussi une garantie d'expérience.
 

Une osmose délicate à trouver

Il semble aussi que monter une liste socialiste à Strasbourg après les  résultats catastrophiques aux dernières élections (présidentielle et législatives de 2017, européennes de 2019) frôle la gageure. Outre les scrutins qui ont fait très mal, les désertions ont également été nombreuses, ces derniers mois, au sein de la municipalité strasbourgeoise. Elle compte désormais quatre groupes de gauche.

D'où la décision du Parti socialiste strasbourgeois de faire le choix du renouvellement et de la société civile. Un mélange qui sera délicat à mettre en place, reconnaît-on en interne, mais qui serait la seule planche de salut.
 

Catherine Trautmann à la manoeuvre

On sait aussi que Catherine Trautmann serait à la manoeuvre pour mettre en place le projet. Car, il faut le souligner, la liste PS ne souhaite aucun droit d'inventaire. Les deux chefs de file revendiquent l'héritage des deux mandats de Roland Ries même s'ils admettent que "certaines transformations sont nécessaires", sans plus de précisions pour l'instant.

La liste socialiste entend faire valoir sa différence, comme toutes les autres d'ailleurs. Mathieu Cahn part nénamoins avec un double handicap : il aura du mal à jouer la carte du renouvellement, alors qu'il est un pur produit socialiste. Par ailleurs, il lui sera difficile de rassembler, coincé qu'il est entre les écologistes et LREM.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus