Opération anti-rodéos à Strasbourg : dix interpellations, des mortiers et des scooters saisis

Une vaste opération anti-rodéos a été menée ce 29 avril par une cinquantaine de policiers dans les quartiers du Neuhof et de la Meinau à Strasbourg. Dix personnes ont été interpellées et deux scooters ont été saisis. Le 22 avril, plus de vingt personnes avaient fait du rodéo en plein centre-ville.

Lors d'une opération anti-rodéos à Strasbourg, deux scooters ont été saisis par la police du Bas-Rhin.
Lors d'une opération anti-rodéos à Strasbourg, deux scooters ont été saisis par la police du Bas-Rhin. © Police Nationale - DDSP67

Dès 7 heures ce 29 avril, une cinquantaine de policiers ont mené une opération anti-rodéos dans les quartiers du Neuhof et de la Meinau à Strasbourg. Au total, dix personnes, dont deux mineurs, ont été interpellées par des policiers de la sûreté départementale et de la brigade spécialisée de terrain. Deux scooters et cinquante mortiers ont pu être saisis.

Les personnes interpellées ont été entendues lors d'une garde à vue. Sept mis en cause majeurs sont convoqués le 29 juin devant la justice et une personne mineure doit répondre "des dégradations commises sur le véhicule de police, rodéo en réunion et refus d'obtempérer" le 26 juin.

Du rodéo en centre-ville

Ces interpellations font suite au rodéo urbain qui a eu lieu dans la soirée du 22 avril. Au total, une vingtaine de scooters et motos-cross avait roulé en plein centre-ville de Strasbourg, sans respecter ni les restrictions sanitaires, ni le code de la route. Pour arrêter ce cortège, les policiers avaient mis en place un barrage place de l'Etoile. D'après la police, une personne avait alors tenté de briser une vitre et le pare-brise d'un véhicule des forces de l'ordre "à l'aide d'un objet métallique."

Après cet événement, une enquête avait été ouverte pour "refus d'obtempérer et rodéo en réunion." Les policiers ont pu retrouver les auteurs de ce rodéo notamment grâce aux "enregistrements du dispositif de vidéo protection de l’Eurométropole de Strasbourg."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité faits divers