Strasbourg : le confinement du mois de mars en images

Intrigué par l'idée de la ville désertée pour cause de confinement, Jean-Claude Hatterer, photographe amateur, a pu poser son appareil photo dans les rues de Strasbourg en mars dernier pour capter l'étrangeté de ce vide imposé. Il met à disposition une partie de son travail.
Un jour ordinaire de confinement à Strasbourg, le tram semble bien seul dans la ville désertée
Un jour ordinaire de confinement à Strasbourg, le tram semble bien seul dans la ville désertée © Jean-Claude Hatterer
A peine les Français sont-ils reconfinés que Jean-Claude Hatterer a eu envie de partager avec le plus grand nombre son expérience de photographe du premier confinement. A la tête d'une agence de communication à Wasselonne, il est aussi photographe amateur, amoureux de Strasbourg où il a vécu une dizaine d'années. "J'ai demandé à la ville si je pouvais poser mon trépied pour saisir l'atmosphère toute particulière de ce confinement. J'avais envie de ressentir cette ambiance étrange du vide", explique Jean-Claude Hatterer. "Tout à coup, la ville n'était plus que symbolisée par ses rues et façades toujours somptueuses mais frustrée des regards aimants des habitants et visiteurs", ajoute-t-il.

De cette déambulation est née une exposition d'une quinzaine de clichés mise en place à Wasselonne. Mais elle est terminée. Alors le photographe amateur a eu envie de mettre à disposition numérique de tous le fruit de son travail.
 
Enfin, il présentera son travail au concours organisé chaque année par l'Union régionale photographique d'Alsace.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société culture photographie art