Strasbourg : le grand magasin Printemps va fermer, "le choc est terrible"

Le groupe Printemps a annoncé ce mardi 10 novembre la fermeture de quatre magasins, dont celui de Strasbourg, dans le cadre d'un "plan de relance" visant à "assurer la pérennité de ses activités".
Le Printemps Strasbourg fermera en 2021.
Le Printemps Strasbourg fermera en 2021. © Vincent Roy/France Télévisions
Le groupe de grands magasins Printemps va fermer dans les prochains mois quatre magasins Printemps situés à Paris, Le Havre, Strasbourg et Metz, et  trois magasins Citadium (deux à Paris, un à Toulon), dans le cadre d'un "plan de relance" visant à "assurer la pérennité de ses activités", a-t-il annoncé ce mardi 10 novembre lors d'un comité social et économique (CSE). 

Contactée par France 3 Alsace, Martine Ebersold, déléguée CGT, revient "sous le choc" de ce CSE. "Le choc est terrible" pour les magasins concernés, déplore-t-elle."Il y en a qui vont se retrouver à 55, 60 ans sans emploi. Certains ont 40 ans d'ancienneté". "Même si c’est une demi-surprise. Ça fait un moment que ça nous pendait au nez", explique cette conseillère de vente, qui travaille depuis 37 ans au Printemps Strasbourg. "On savait que le chiffre d’affaires était en baisse depuis plusieurs années". D'après elle, le Printemps a "fait les frais de sa très mauvaise stratégie, avec la suppression du parking, du restaurant. Il a perdu sa clientèle locale en misant sur une clientèle internationale de luxe".  

Après deux ans de travaux et 20 millions d’euros investis pour modifier la façade et restructurer l'intérieur, le site avait rouvert en avril 2013. Il compte 75 salariés du groupe (qui n'est plus propriétaire des murs) et 80 démonstrateurs employés par les marques. Il ne devrait pas fermer avant le mois de novembre 2021, selon la syndicaliste.
 
Le groupe qui compte 3.000 collaborateurs, 19 grands magasins en France à son nom, ainsi que huit magasins Citadium, justifie sa décision par "un marché structurellement difficile et détérioré par la succession de crises conjoncturelles. Face à ce constat préoccupant aggravé par la crise de la Covid-19, et après avoir étudié l’ensemble des alternatives envisageables, le groupe Printemps est aujourd’hui dans l’obligation de transformer son modèle pour arrêter les pertes, s’adapter aux exigences de marché et assurer sa pérennité sur le long terme." Les discussions avec les partenaires sociaux débuteront "prochainement".  La fermeture des différents sites annoncés permettraient au groupe de réinvestir 40 millions d'euros dans les deux à trois prochaines années. 

"Les fermetures de magasins pourraient s'étaler jusqu'en janvier 2022". Dès aujourd’hui, la "priorité" du groupe Printemps est d’accompagner les salariés concernés par ce projet avec des mesures appropriées et personnalisées. Afin de favoriser le reclassement interne et externe le groupe mettra notamment en place des congés de reclassement ainsi que des aides à la formation, à la mobilité géographique, à la création et à la reprise d’entreprise. Il fera également appel à un partenaire pour la recherche de repreneurs.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie