Strasbourg : le groupe hospitalier Saint Vincent porte plainte pour falsification de ses certificats de vaccination

Dans un communiqué publié ce mercredi 7 juillet 2021, le Groupe Hospitalier Saint Vincent de Paul de Strasbourg déclare avoir porté plainte, après qu’une enquête journalistique ait révélé une falsification de ses certificats de vaccinations anti-covid.
Les certifications de vaccination anti-covid sont de plus en plus demandés pour assister à des événements réunissant un large public
Les certifications de vaccination anti-covid sont de plus en plus demandés pour assister à des événements réunissant un large public © Franck Dubray /Max PPP

Une reproduction frauduleuse de ses certificats de vaccinations a poussé le groupe hospitalier Saint Vincent de Paul de Strasbourg à porter plainte, apprend-on ce mercredi 7 juillet par communiqué de presse. '"Il a été constaté au niveau national de nombreux trafics et détournements de certificats de vaccination",  précise la direction du groupe. "Dans ce contexte, une enquête journalistique récente a mis en évidence que les certificats de vaccination anti Covid-19 délivrés par le centre de vaccination du Groupe Hospitalier Saint Vincent ont également fait l’objet de reproductions frauduleuses. Le groupe hospitalier Saint Vincent a porté plainte."

Le groupe victime de la fraude est pilote dans les opérations de vaccination dans l’Eurométropole de Strasbourg depuis début janvier 2021. Plus de 60.000 vaccins ont été délivrés au sein des centres de vaccination des cliniques Sainte Barbe à Strasbourg, Saint Luc à Schirmeck et leur antenne à La Wantzenau. Ils ont aussi été les premiers à vacciner les adolescents de 12 à 15 ans à partir du 15 juin dernier. Ces centres ont ainsi délivré de nombreux certificats de vaccination, auquels les usurpateurs ont pu avoir accès. 

 

Des falsifications grossières 

"A l’issue de chaque vaccination, un certificat nominatif est délivré au patient, " explique Frédéric Leyret, le directeur du groupe hospitalier. "Les formulaires falsifiés l'ont été grossièrement. Le tampon et le numéro de lot était faux, la qualification du personnel mauvaise. Le document officiel contient un filigrane dans la trame qu'il est impossible de photocopier ou reproduire." 

Au vu des falsifications, le personnel vaccinateur des centres du groupe bas-rhinois a été mis hors de cause :"Les copies découvertes sont très grossières, de nombreuses incohérences techniques ayant été signalées aux enquêteurs, permettant de mettre hors de cause le personnel des centres de vaccination du GHSV." précise le communiqué. 

Le directeur insiste sur le fait que l'utilisation de certificats de vaccination anti-covid falsifiés peut avoir des conséquences très graves, puisque les gens qui utilisent ces faux peuvent mettre en danger la vie d'autrui : "ils vont pouvoir accéder à des endroits réservés au vaccinés, en se faisant passer pour des gens sains. Ils entreront ainsi dans des lieux où il n'y aura plus de distanciation physique obligatoire." Pour lui, le risque est une mise en danger de la vie d'autrui, avec un variant delta beaucoup plus contagieux que d'autres variants. 

Le directeur souligne "une très bonne coopération avec la police, les services de la police à la frontière, l'Agence régionale de Santé et la préfecture du Bas-Rhin." Selon Frédéric Leyret, ceux qui se risquent à cette fraude risqueront des sanctions lourdes.  

Il insiste sur le fait que "la vaccination est une mesure de prévention de santé publique, seule mesure permettant d’endiguer efficacement la crise sanitaire et que, jusqu’à très récemment, cette épidémie a pu provoquer le décès de plus de 400 personnes par jour."  Depuis le début de la pandémie, plus de 111.000 victimes sont mortes du Covid-19 en France et plus de 3,9 millions dans le monde.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société justice