Strasbourg-Metz: retour du derby de l'Est, l'une des rivalités les plus prolifiques du foot français

6 octobre 2007, la dernière fois que le Racing battait Metz en championnat (1-2). Une autre époque. / © Pascal BROCARD. Le Républicain lorrain.
6 octobre 2007, la dernière fois que le Racing battait Metz en championnat (1-2). Une autre époque. / © Pascal BROCARD. Le Républicain lorrain.

Les clubs de Strasbourg et de Metz se sont affrontés dans leur histoire, toutes compétitions confondues, la bagatelle de 116 fois. Un score qui fait du derby de l'Est, qui va lancer le championnat du Racing ce dimanche, l'une des plus affiches les plus récurrentes du foot français.

Par LS

Ahhhh... l'Alsace et la Lorraine, cet affrontement presque biblique entre la tarte flambée et la quiche, le gewurtz et l'auxerrois, et surtout le Racing club de Strasbourg et le FC Metzde retour en Ligue 1 après son titre de champion de France de Ligue 2 la saison passée. Une affiche alléchante dès la reprise du championnat de France de L1 ce week-end qui n'enthousiasme pas plus que ça l'entraîneur strasbourgeois Thierry Laurey, peu habitué à sauter au plafond et encore moins pour un derby dont le coup d'envoi sera donné à 17h ce dimanche qui, selon lui, n'en est pas vraiment un: "C'est pour remplir les gamelles, a-t-il déclaré ce samedi en conférence de presse. Même les Messins le disent, le vrai derby pour eux, c'est contre Nancy. Reprendre contre Metz ou une autre équipe, pour nous ça ne change rien.", ajoute-t-il alors que les deux équipes ne se sont plus rencontrées depuis le 1er avril 2018 (2-2 à la Meinau).
 

Quand je porte un maillot du Racing à Saint-Dié, on sent la tension
Jean-Baptiste Gass, supporter du Racing club de Strasbourg

Et pourtant, le duel Strasbourg-Metz occupe malgré tout une place de choix dans le cœur des supporters. D'abord que parce nous Alsaciens, on n'a plus grand-chose à se mettre sous la dent en termes de derby: le FC Mulhouse ne n'est plus hissé au niveau professionnel depuis la fin du siècle dernier, et la belle épopée colmarienne en National (2010-2016) s'est terminée en queue de poisson. C'est donc logiquement de l'autre côté des Vosges que l'on s'est tourné pour trouver au Racing un adversaire avec qui s'encanailler. "Pour moi, Metz, ça fait partie des trois gros matches de la saison à la Meinau, avec le PSG et Marseille. Je préfère même gagner face à Metz que Paris", confesse Jean-Baptiste Gass, abonné depuis cinq ans.

Une rivalité historique et économique

La guéguerre entre Strasbourg et le FC Metz trouve naturellement un terreau fertile dans la rivalité historique et économique entre les deux anciennes régions administratives, réunies désormais (contre leur gré) dans le Grand Est. Des sœurs ennemies qui ont pourtant toutes deux été embarquées dans le même bateau, celui de l'annexion à l'Allemagne par exemple (1871-1919 puis 1940-1945 pour l'Alsace-Moselle cette fois).

Un destin commun qui, plutôt que de rapprocher les deux populations, les a, au contraire, incités à se livrer à une foire d'empoigne. L'image d'Epinal (sans jeu de mots) du Lorrain aux oreilles pointues qui vient gagner sa croûte en Alsace, région réputée la plus riche des deux, reste profondément une épine dans le pied dans l'apaisement des relations. En bref, dans les bistrots lorrains, les blagues sur l'Alsace ont toujours (très) bonne presse et vice-versa.

Et si on n'a pas fini de se regarder en chiens de faïence de part et d'autre des Vosges, dans le foot, ça se ressent aussi, forcément: "J'habite à Saales, c'est le dernier village avant la frontière avec les Vosges. Quand je vais à Saint-Dié, en Lorraine, en portant un maillot du Racing, on sent le regard des gens beaucoup plus pesant. Il y comme une tension."
 
Jean-Baptiste Gass, ici à gauche, accompagné par son fils et Jérémy Blayac, ancien joueur du Racing, fin mai 2018 à la Meinau. / © Jean-Baptiste Gass.
Jean-Baptiste Gass, ici à gauche, accompagné par son fils et Jérémy Blayac, ancien joueur du Racing, fin mai 2018 à la Meinau. / © Jean-Baptiste Gass.
 

Deuxième derby le plus prolifique dans le foot professionnel en France

Et puis pour ne rien gâcher, n'en déplaise à Thierry Laurey, le derby entre le Racing et le FC Metz, et là ce sont les chiffres qui parlent, est l'un des plus prolifiques du foot professionnel en France. Les deux clubs ont croisé le fer 116 fois déjà depuis 1933 (dont 94 fois en Ligue 1 ou Division 1 à l'époque). C'est plus que d'autres classiques du genre comme Monaco-Nice (107 fois), Lille-Lens (110) ou Rennes-Nantes (90). C'est même davantage que le claciso entre les deux villes les plus peuplées de France (avec la banlieue pour Marseille) entre le PSG et l'OM (96). Seule la rivalité entre Lyon et Saint-Etienne, dans le derby du Rhône, est légèrement plus féconde avec 118 matches disputés.

Et à l'heure de faire le bilan, au gré des heures de gloire et des désillusions de chaque équipe, c'est Metz qui tire son épingle du jeu, assez largement force est de la reconnaître, avec 49 victoires, 17 nuls et 32 défaites. Le Racing n'a plus battu Metz depuis octobre 2007 (victoire 2-1 à Saint-Symphorien). Une série de sept rencontres sans victoire qui n'est pas du goût des supporters. "Le 2-2 (le 1er avril 2018 et dernier match entre les deux clubs, nldr) était mal passé en tribunes, se souvient Jean-Baptiste Gass. Ce qui est sûr par contre, c'est que c'est pour disputer ce genre de matches qu'on est remonté en Ligue 1. L'ambiance en tribunes sera dingue."

Attention au promu

Thierry Laurey, lui, ne pavoise pas: "J'ai vécu assez de matches pour ne pas me focaliser sur ce qui s'est passé il y a deux ans ou plus. Il faut se servir positivement du surplus d'excitation que génère un derby. Metz est promu et a fait une saison remarquable l'an passé, donc les affronter dès la reprise, c'est tout sauf un cadeau parce que la dynamique est positive de leur côte."

Adrien Thomasson, le milieu du Racing, a déclaré lui qu'il "avait hâte". Et nous aussi à vrai dire. Parce qu'un derby reste un derby, parce que la Ligue 1 reprend ce dimanche, et parce que finalement, entre Alsaciens et Lorrains, on adore toujours (gentiment) se détester.

Le palmarès des deux clubs

Racing club de Strasbourg:

  • Champion de France de première division: 1979
  • Champion de France de deuxième division: 1977, 1988 et 2017
  • Vainqueur de la Coupe de France: 1951, 1966 et 2001
  • Vanqueur de la Coupe de la Ligue: 1997, 2005 et 2019
  • Vainqueur de la Coupe Intertoto: 1995

FC Metz:

  • Champion de France de deuxième division: 1935, 2007, 2014 et 2019
  • Vice-champion de France de première division: 1998
  • Vainqueur de la Coupe de France: 1984 et 1988
  • Vainqueur de la Coupe de la Ligue: 1996

A lire aussi

Sur le même sujet

Record du monde du GPS Drawing à vélo

Les + Lus