Strasbourg : on lui vole un tuba à 20.000 euros, il recherche des témoins et veut récupérer son instrument

Publié le

Xavier Riss, un joueur de tuba de 23 ans, s'est fait voler son instrument en pleine rue. Les faits se sont produits le samedi 8 janvier. Le jeune homme veut récupérer son tuba, très onéreux et quasiment invendable, et recherche des témoins éventuels.

Les instruments de musique peuvent coûter très cher. Leur vol peut donc se révéler très difficile à supporter, que ce soit un hautbois (Mulhouse en juin 2021), ou ici un tuba.

Ce (très) gros tuba d'une valeur de 20.034 euros exactement a été dérobé dans le quartier du Neudorf, à Strasbourg (Bas-Rhin), le samedi 8 janvier 2022 vers 06h55, proche de Rivétoiles. Faute de place dans le coffre, il se trouvait à l'arrière de la voiture de Xavier Riss, étudiant à la Haute école des arts du Rhin (Hear), professeur de musique, et musicien au sein de l'ensemble Tagada Brass.

Il est descendu vers son véhicule à 06h50, y a déposé son tuba; puis, après avoir soigneusement verrouillé, est remonté rapidement chercher un sac qu'il avait oublié. À son retour à 07h00, le véhicule était fracturé, et le tuba envolé... Le jeune homme de 23 ans vit au 10 rue Baldner, lieu devant lequel était garée sa Citroën C3 grise (voir sur la carte ci-dessous).


Xavier Riss a donc connu meilleur début d'année, cela va sans dire. "Sur le coup", raconte-t-il à France 3 Alsace, "je n'ai pas vraiment compris ce qui se passait : ma vitre était brisée, on m'avait fauché mon tuba... La première chose que j'ai faite, c'est démarrer et faire un tour du quartier pour voir si quelqu'un ne se baladait pas avec sur le dos." Sans succès.

Un vol qui interroge

Pourtant, l'instrument est sacrément volumineux : 1.40 mètre et 15 kilos. Ce tuba contrebasse, modèle 195-2 Fafner de marque Melton plus précisément, coûte les yeux de la tête car il a été fabriqué sur mesure, à la main, par la prestigieuse et bicentenaire maison Buffet Crampon.


Le musicien joue depuis très longtemps, mais utilisait cet instrument doré et non-verni depuis un peu plus d'un an seulement... "Quand on s'exprime, parle, chante, notre corps est notre moyen d'expression. Et quand on joue d'un instrument, le seul moyen de transmettre son expression musicale personnelle, c'est cet instrument."

"Entre le musicien et son instrument, il y a un rapport très spécial, très fort. C'est un peu comme une âme, c'est presque vivant. On ne forme qu'un. Donc on vous enlève une partie de vous. Comme si on vous prenait... un bras." Le préjudice est donc loin d'être seulement financier.

C'est comme si on vous prenait... un bras.

Xavier Riss, joueur de tuba à qui on a volé son instrument

Le délit peut d'ailleurs interroger. Un voleur lambda aurait ciblé un petit sac, et pas une énorme housse à tuba de quinze kilos. Et l'intervalle de temps, durant lequel a été commis le vol, est extrêmement court.

"C'est presque étrange. Si on m'a vu charger ce tuba ce jour-là à 06h50, alors que j'en ai chargé un deuxième dans le coffre [plus petit et donc qui pouvait tenir dans ce coffre; ndlr], pourquoi ne pas en avoir profité pour baisser les sièges et prendre celui-là aussi ?" Sur le siège avant, il y avait aussi un autre sac, une paire de Ray-Ban (des lunettes qui coûtent cher), ou encore un chargeur pouvant laisser croire à la présence d'un téléphone. "Peut-être que c'était un connaisseur ?"

Solidarité avec le musicien

Par ailleurs, l'objet du vol est très encombrant. Mais en plus, son numéro de série (13141) le rend quasiment invendable sans facture dans tout magasin français ou allemand (et au-delà). Xavier Riss a relaté le vol dans la presse locale (Actu.fr), ainsi qu'à tous ses contacts du milieu : et il en a un sacré paquet (voir son appel très relayé sur Facebook ci-dessous).


"Je cherche des témoins, ou bien si quelqu'un le voit passer sur Leboncoin, sur n'importe quel réseau, ou même en vrai." Car il ne peut pas compter sur d'éventuelles caméras : de source policière, il n'y en pas à cet endroit précis. Des relevés scientifiques ont été pratiqués sur le véhicule fracturé, le jour du vol, pour espérer retrouver d'éventuelles empreintes.

"Si ça se trouve, mon tuba ne sera jamais retrouvé... En attendant, le magasin Arpèges Armand Meyer a été super sympa : ils m'ont prêté un tuba pour que je puisse continuer à travailler. Et je suis en attente d'une réponse de l'assurance du courtier en assurances Draber-Neff de Schiltigheim, qui m'a fait souscrire chez la compagnie Helvétia." Histoire que le musicien puisse retrouver rapidement son instrument de travail...

"Si on me le retrouve", précise le jeune homme, "je peux donner 500 euros". Xavier Riss peut être joint au 06 36 90 04 11 : toute information sera précieuse.