À Strasbourg, la résistance s'organise contre le “Black Friday”

Symbole de consumérisme et de gaspillage des ressources naturelles, le "Black Friday" n'a pas que des fans. / © Delphine Goldsztejn, MaxPPP
Symbole de consumérisme et de gaspillage des ressources naturelles, le "Black Friday" n'a pas que des fans. / © Delphine Goldsztejn, MaxPPP

Le "Black Friday" va avoir lieu le vendredi 29 novembre. Mais une résistance se met en place dès la veille, le jeudi 28. Les collectifs opposés à cette opération commerciale, comme Résistance à l'agression publicitaire (Rap) Strasbourg, dénoncent un matraquage publicitaire anti-écologique.

Par Vincent Ballester

Les bonnes affaires du "Black Friday", c'est à partir du vendredi 29 novembre 2019. Mais à Strasbourg, le collectif Résistance à l'agression publicitaire (Rap) ne compte en bénéficier. En fait, ses membres auraient plutôt tendance... à les dénoncer. Une action est prévue le jeudi 28 novembre, à partir de 17 heures. Son nom ? "Adblock Friday", qui reprend l'intitulé du célèbre bloqueur de publicités en ligne

Le collectif Alternatiba est aussi de la partie. De même que Zéro Déchet Strasbourg (ZDS), qui ne lutte pas que contre l'abus des publicités dans les boîtes aux lettres. L'objectif est simple : recouvrir les (nombreux) panneaux publicitaires à Strasbourg. Baptiste Marlard, membre de Rap Strasbourg, commente : "C'est un prétexte. La publicité fait déjà tout le temps ce qu'on transforme en une journée de fête. Comme si on faisait un cadeau aux gens, en leur faisant des rabais ou en favorisant leur pouvoir d'achat; alors que ce n'est que du marketing, on se contente de créer un besoin."
 

Cette "mascarade", cette "stratégie malhonnête qui ne sert qu'à créer encore plus de besoins artificiels", cette "ode sans gêne à la gloire de la surconsommation", a maintenant une quantité non négligeable d'opposantes et d'opposants. Et les arguments ne manquent pas.

Pour ces militantes et militants, c'est une opération irresponsable alors que "l'Humanité vit à crédit écologique" : la Terre a en effet épuisé toutes ses ressources naturelles pour l'année... le 29 juillet 2019. Cette opération ne viserait qu'à "renouveler prématurément les matériels", et en électronique, les rabais ne seraient en réalité "que de quelques euros". Baptiste Marlard souligne d'ailleurs l'impact social et environnemental du "Black Friday" : "On rachète de l'électroménager, de l'électronique comme des portables, alors que ça demande beaucoup de ressources."
 


En attendant, tout le monde ne partage pas cet avis. En 2017, plus de la moitié de la population française déclarait vouloir profiter du "Black Friday".
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus