A Strasbourg, un salarié des Dernières Nouvelles d'Alsace se suicide au travail : "Fallait que ça craque quelque part"

Un employé des Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA) s'est suicidé sur son lieu de travail, le jeudi 5 décembre. Ses collègues accusent le coup, entre choc et tristesse.

La siège des "Dernières Nouvelles d'Alsace" (DNA) se trouve rue de la Nuée Bleue, à Strasbourg (Bas-Rhin).
La siège des "Dernières Nouvelles d'Alsace" (DNA) se trouve rue de la Nuée Bleue, à Strasbourg (Bas-Rhin). © Capture d'écran, Google Street View
Régis, un technicien de 43 ans employé aux Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA) a mis fin à ses jours, au siège du quotidien à Strasbourg, ce jeudi 5 décembre 2019. Après avoir commencé son travail normalement vers 7 heures, il s'est jeté du toit donnant sur la rue de la Fonderie en début de matinée.

La publication des Dernières Nouvelles d'Alsace et de l'Alsace n'aura pas lieu ce vendredi 6 décembre. Une cellule de soutien psychologique du Samu a été mise en place pour le personnel du journal. Un personnel "essoré" d'après plusieurs témoignages en interne.
  

Minute de silence

Interrogée, Marie-Sophie Kormann, journaliste élue SNJ (Syndicat national des journalistes) nous raconte : "Quand on a l'a appris, on est une cinquantaine à être allé voir spontanément les collègues de Régis à l'atelier, pour les soutenir. Rapidement, la direction a été présente." Un CSE (comité social et économique) exceptionnel s'est tenu en fin de matinée, à 11 heures. Dans une ambiance "très pénible". "Un collègue s'est mis à hurler, il menaçait de casser la gueule de son directeur technique. On l'a laissé crier, puis il est parti. Tout ça, c'est à cause de la transformation à marche forcée qu'on nous impose pour redresser les comptes..."

"On s'est retrouvé à midi, dans la cour, pour une minute de silence. Les syndicats ont ensuite proposé un arrêt de travail vers 13 - 14 heures. Il y en avait déjà un de prévu le matin, pour la grève des retraites, mais le journal allait quand même paraître. Même après le suicide, il allait paraître. Mais on a compris qu'on n'allait pas pouvoir suivre, que ce ne serait pas décent. On ne pouvait pas. La direction a donc acté à 16 heures qu'il n'y aurait pas de journal."

Un hommage a également été rendu à Régis, place de la République à Strasbourg à la fin de la manifestation contre la réforme des retraites. Une journaliste des DNA a pris la parole pour demander une minute de silence pour son collègue mort.
 

Conditions de travail

Un autre journaliste qui préfère garder l'anonymat nous explique : "On a émis de nombreuses alertes, concernant les conditions de travail dans différents services, y compris l'atelier où il travaillait. Car avec le plan de réorganisation, on a eu une baisse d'effectifs, et une charge de travail identique répartie sur moins de monde."

"Il y a eu un CSE extraordinaire. On nous a annoncé une 'attention soutenue', mais aucune réelle grande décision n'a été prise. On a pourtant interrogé la direction sur son manque de décisions après nos nombreuses alertes. Des expertises sur les risques psychosociaux affectant le personnel étaient pourtant en cours."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers médias société emploi