TÉMOIGNAGE - Crise au “Républicain Lorrain“ : ”on doit faire du clic, du clic et du clic, au détriment de la qualité”

Un vaste plan de restructuration visant à supprimer 386 emplois (dont 80 au Républicain Lorrain) serait à l'étude. Le groupe a enregistré en 2018 une perte de plus de 34 millions d’euros / © Yves Quéméner, France 3 Lorraine
Un vaste plan de restructuration visant à supprimer 386 emplois (dont 80 au Républicain Lorrain) serait à l'étude. Le groupe a enregistré en 2018 une perte de plus de 34 millions d’euros / © Yves Quéméner, France 3 Lorraine

Les ventes en kiosque et les abonnements s’effondrent. L'avenir du "Républicain Lorrain" serait marqué par des réductions massives d’effectifs dans les deux ans. L’intersyndicale précise que la direction a pour projet de faire 9.4 millions d’euros d’économies.Témoignage d'un journaliste. 

Par Yves Quemener

En France, de plus en plus de titres de presse écrite cherchent des solutions alternatives à leurs éditions papier pour sortir de la crise. C'est anonymement qu'un journaliste du Républicain Lorrain accepte de témoigner sur les conséquences économiques de la politique du groupe Ebra Presse depuis cinq ans.

Selon lui, joint par téléphone jeudi 17 octobre 2019, le Crédit Mutuel, c’est tout pour le digital, le numérique. Il faut endiguer les baisses des ventes papier.

"C’est du clic, du clic, et encore du clic. Donc du fait divers. Au détriment de la qualité dit-il. Depuis quelques années, on a tous un téléphone. On fait de de la vidéo. On doit penser montage vidéo, et papier internet". Et il estime "que l'on fait deux fois plus de boulot malgré les suppressions de poste".

300 postes supprimés

"On nous pousse "au cul" pour publier sur internet. Sans vérifier les infos. Pour être les premiers. On est à fond là dedans. 
Aujourd'hui, il dit : "Moi, j’ai envie de partir". *

​​​​Les personnels du journal manifestent aujourd'hui devant le siège du Crédit Mutuel de Metz. Manifestations également à Mulhouse et à Grenoble.
 
Les personnels manifestent devant le Crédit Mutuel à Metz / © Laurence Duvoid - FTV
Les personnels manifestent devant le Crédit Mutuel à Metz / © Laurence Duvoid - FTV
Les revendications sur le dos d'un manifestant. / © Laurence Duvoid -FTV
Les revendications sur le dos d'un manifestant. / © Laurence Duvoid -FTV
Graphistes, commerciaux, journalistes, manifestent devant le siège du Crédit Mutuel à Mulhouse. / © Laurence Duvoid, France 3 Lorraine
Graphistes, commerciaux, journalistes, manifestent devant le siège du Crédit Mutuel à Mulhouse. / © Laurence Duvoid, France 3 Lorraine

Aujourd'hui peu de médias français sont épargnés par les réductions massives d’effectifs et l’effondrement des ventes en kiosque. A priori, plus de trois cent suppressions de postes sont annoncées dans le groupe Ebra (qui rassemble entre autres l’Est républicain et le Républicain Lorrain). 

Pour Fabienne Boulanger de l'intersyndicale du Républicain Lorrain, en 2021, le journal aura perdu plus de 170 postes.


*Propos recueillis par Laurence Duvoid, journaliste à France 3 Lorraine. 
 

Christophe Mahieu, directeur général du Républicain Lorrain, de L’Est Républicain et de Vosges Matin répond à nos questions.

Joint par téléphone, Christophe Mahieu apporte les précisions suivantes :  
"Concrètement le groupe a un projet de constituer un centre de service à partir du 1er janvier 2021. Plusieurs services techniques (pagination, annonces légales, maintenance informatique) du Républicain Lorrain devraient être délocalisés, en Lorraine. L'objectif étant de créer un centre d’experts" . 
"Cependant un investissement de 10 millions d’euros pour une nouvelle rotative à Houdemont est prévue au 1er janvier 2021 et puis des investissements en informatique avec des audiences numériques en forte hausse".
"Une centaine de personnes est concernée par ce projet et il y a l’engagement du groupe que personne ne soit laissé sur le bas-côté. Il n'y aura pas de réduction massive avec des possibilités de reclassement et une pyramide des âges qui permettra de toute façon à un certain nombre de personnels qui sont proches de la retraite de bénéficier d'un départ avantageux." 
"Ce projet se fera en 2021 et ce nouveau centre de service sera imaginé en Lorraine"
"On a besoin de dégager des économies pour faire face la mutation du secteur. Il faut maintenant discuter avec les organisations syndicales pour savoir comment cela va se passer même s'il est trop tôt pour pouvoir dire quelle sera  l’organisation".  

A lire aussi

Sur le même sujet

Le dépannage de la voiture de gendarmerie

Les + Lus