Strasbourg : un voile noir sur la (place de la) République

Le monument aux morts de la place de la République à Strasbourg, recouvert d'un drap noir. / © Catherine Musnch. France 3 Alsace.
Le monument aux morts de la place de la République à Strasbourg, recouvert d'un drap noir. / © Catherine Musnch. France 3 Alsace.

Le 14 février, ce n'est pas que la fête des amoureux, c'est aussi la date anniversaire du massacre des juifs à Strasbourg en 1349. Comme l'a rappelé ce mercredi le cercle Menachem Taffel à la mémoire des Strasbourgeois.

Par AR

La Saint-Valentin, ce n'est pas que la fête trop rose et trop commerciale des amoureux, c'est aussi la date anniversaire du massacre des juifs à Strasbourg en 1349. "Un truc que tout le monde avait oublié, explique George Federmann le président du cercle Menachem Taffel, que tout le monde trouvait ringard, la communauté juive en premier". Et que le cercle Menachem Taffel rappelle à la mémoire des Strasbourgeois depuis une quinzaine d'années. Ce mercredi matin, ils étaient une vingtaine à participer à cette action.

Nouveauté cette année, le voile noir."J'ai eu l'idée du voile noir cette année à cause de la Méditerranée, qui est un cimetière et aussi pour convoquer la mémoire des Malgré-nous, car en 1953, pendant le procès de Bordeaux [lors duquel furent condamnés à la prison et aux travaux forcés treize Malgré-Nous alsaciens, ndlr], les Alsaciens avaient recouvert cette même statue d'un voile noir. Il ne s'agit pas de mettre tout sur le même plan, la douleur du massacre des juifs, celle des Malgré-Nous et celle des migrants, mais d'interroger les citoyens sur leur inertie."

Sur le monument aux morts de la place de la République à Strasbourg. / © Catherine Munsch. France 3 Alsace
Sur le monument aux morts de la place de la République à Strasbourg. / © Catherine Munsch. France 3 Alsace

Georges Federmann, le président du Cercle Menachem Taffel. / © Photo Claude Truong-Ngoc.
Georges Federmann, le président du Cercle Menachem Taffel. / © Photo Claude Truong-Ngoc.
Georges Ferdermann sur le monument aux morts de la place de la République. / © Claude Truong-Ngoc.
Georges Ferdermann sur le monument aux morts de la place de la République. / © Claude Truong-Ngoc.

> Retrouver le travail du photographe Claude Truong-Ngoc

Epinal : un centre d'usinage dernier cri à l'ENSTIB

Les + Lus