Université de Strasbourg : un faux patient robot pour entraîner les apprentis dentistes, une première en France

Le faux patient réagit aux soins pratiqués et peut simuler des complications. / © Valérie Ruiz-Suri / France 3 Alsace
Le faux patient réagit aux soins pratiqués et peut simuler des complications. / © Valérie Ruiz-Suri / France 3 Alsace

C'est une première en France. La faculté de chirurgie dentaire de Strasbourg a inauguré ce mardi une nouvelle unité de travaux pratiques notamment équipée d'un mannequin numérique. Un faux patient, qui a tout d'un vrai, pour permettre aux étudiants de s'exercer au plus près des conditions du réel. 

Par Daniel Gerner

Voici Monsieur Meyer, pour vous servir. Vous pouvez faire de lui ce que vous voulez. Homme objet? Non. Mais patient artificiel, oui. Capable de parler, de réagir aux stimuli, et surtout, de simuler des symptômes déclenchés à distance par un instructeur. "On gère toute la partie physique du mannequin : les yeux, la bouche, le nez, les sécrétions. On va pouvoir prendre un pouls, avec des données et des capteurs spécifiques qui vont interagir," explique Franck Vésilier, ingénieur d'application chez Laerdal.

Une innovation est inédite en France. La faculté de chirurgie dentaire de l'université de Strasbourg l'a inaugurée ce mardi 25 septembre, en même temps qu'une toute nouvelle unité de travaux pratiques. L'idée est de permettre aux étudiants de s'exercer au plus près des conditions du réel. 
Monsieur Meyer ne va pas tarder à faire un malaise! / © Valérie Ruiz-Suri / France 3 Alsace
Monsieur Meyer ne va pas tarder à faire un malaise! / © Valérie Ruiz-Suri / France 3 Alsace

Des soins les plus simples aux situations de crises

Monsieur Meyer est capable de tout simuler. L'outil parfait pour jouer à Docteur Maboule. 200 capteurs équipent ce robot de simulation interactif testé pour la première fois en médecine dentaire par les étudiants de la faculté de Strasbourg. Un outil rassurant pour ces apprentis dentistes: "si on se trompe de dents, si on fait une mauvaise manipulation, ben c'est pas grave! On change de dent, on dévisse, on revisse... Alors qu'avec un vrai patient l'enjeu est tout autre: y'a quelqu'un derrière!", nous confie Inès Ettwiller, étudiante en chirurgie dentaire. 
Et voilà! Malaise cardiaque! Chez le dentiste! Il faut être préparé à toutes les situations! / © Valérie Ruiz-Suri / France 3 Alsace
Et voilà! Malaise cardiaque! Chez le dentiste! Il faut être préparé à toutes les situations! / © Valérie Ruiz-Suri / France 3 Alsace

En tout cette unité de simulation clinique représente un investissement de 250.000 euros. En plus d'un patient numérique, elle dispose aussi d'un pôle de adiologie fictive. L'enjeu était de permettre aux futurs chirurgiens-dentistes de pratiquer dès la seconde année de formation. Un millier d'étudiants strasbourgeois bénéficient pour l'instant de ce dispositif. Mais cette unité, unique en son genre, pourrait bientôt équiper l'ensemble des facultés de chirurgie dentaire françaises.

Vous qui aviez une dent contre votre dentiste: voilà qui devrait également vous rassurer!
 
Reportage France 3 Alsace: Marie Coulon, Valérie Ruiz-Suri, Caroline Singer.

Sur le même sujet

Quentin Bigot

Les + Lus