VIDEO - Strasbourg: incendie à l'Esplanade, les pompiers ont dû percer les murs d'appartements pour l'éteindre

Les pompiers sont intervenus le mardi 26 février 2019, à 20h31, au 26 avenue du Général de Gaulle, à Strasbourg. Le joint de dilatation d'un immeuble mitoyen de 14 étages, se trouvant à cette adresse du quartier de l'Esplanade, a pris feu. Il n'y a eu aucune victime. 

Pas de feu, pas de fumée, mais une odeur de brûlé parfois sentie dans les quatorze étages et le sous-sol d'un immeuble mitoyen du 26 avenue du Général de Gaulle, dans le quartier de l'Esplanade à Strasbourg. Les pompiers ont été appelés mardi 26 février 2019 à 20h31 pour intervenir sur un feu ayant pris dans le joint de dilatation séparant les deux bâtiments constituant l'immeuble mitoyen.
 

Des pompiers qui percent des trous

L'action des 27 pompiers a conduit à l'évacuation d'une partie des personnes occupant l'immeuble, et il n'y a eu aucune victime. Elles ont pu regagner leur logement entre 23 heures et 1 heure du matin après que les pompiers ont vérifié et aéré tous les appartements pour éviter que du monoxyde de carbone ne s'y attarde. Ilyas Elj, qui passait par là, explique qu'il a vu un pompier "passer de fenêtre en fenêtre avec une lampe", comme le montre sa vidéo ci-dessous.
 
Certains des appartements ont subi une intervention plus poussée qu'une simple ventilation, puisque les pompiers y ont percé les murs. Une situation rapportée par les deux autres vidéos présentes ci-après. Elles ont été tournées par Victorien Sornin, un employé en papeterie de 23 ans, logeant à cet étage.
 
L'incendie est parti d'un chalumeau laissé allumé par un carreleur faisant des travaux de réfection au premier étage. Les pompiers ont expliqué à Victorien que: "le chalumeau a créé une combustion dans la structure de l'immeuble qui s'est répandu d'étage en étage. Les pompiers percaient des trous pour envoyer de l'eau dans les murs et essayer d'éteindre cette combustion."

 

"Fallait que ça tombe pile sur ma chambre: jackpot!"

"Je n'ai rien senti. J'ai vu les pompiers par la fenêtre vers 20 heures, mais ça ne m'a pas inquiété car ils n'étaient pas speed. Alors que j'ai fait pompier pendant 4 ans, et que je sais qu'ils sont speed si il y a un gros problème. Je n'ai pas été évacué. C'était calme, je regardais un film dans ma chambre."

"À 23 heures, les pompiers sont venus voir s'il restait du CO [monoxyde de carbone]. Ils avaient tapé à toutes les portes de l'étage, tout le monde avait ouvert. Puis, à 1 heure, ils sont revenus avec un foret en m'expliquant qu'ils allaient trouer le mur. Fallait que ça tombe pile sur ma chambre: jackpot! Le sol était trempé en perçant. Ils ont vérifié par le trou s'il y avait encore du CO, ils y ont passé une fibre optique pour voir. Il n'y avait pas de fumée ou d'odeur passant par le trou, juste l'odeur de la foreuse qui avait percé le mur."

"Ils ont fait ça entre 1 heure et 3 heures. J'ai dû mettre mon lit dans mon salon. Je n'ai pas eu de problème, c'était juste chiant car je bossais et je n'ai pas pu beaucoup dormir... Ils sont revenus à 8 heures le lendemain pour des tests, mais ils n'ont rien trouvé. Je n'ai pas eu le temps de nettoyer avant de partir au travail, et pour le trou dans le mur, il faut que j'appelle mon propriétaire pour voir comment on va réparer."