VIDEO - Strasbourg: voilà à quoi va ressembler le Palais des Fêtes après sa rénovation

Salle de musique mythique à Strasbourg, construite en 1903, rénovée dans les années 1930, le Palais des Fêtes accueillera le premier concert de sa nouvelle vie le 31 janvier 2020: l'orchestre philarmonique lui redonnera ses lettres de noblesse acoustiques, après près d'une décennie de travaux.
L'orchestre philarmonique de Strasbourg (OPS) ne s'est plus produit au Palais des Fêtes, rue Sellenick, depuis 1975, date à laquelle le tout nouveau Palais de la  Musique et des Congrès a peu à peu pris le dessus sur une salle pourtant mythique de la scène musicale classique strasbourgeoise, qui a vu se produire Gustav Mahler, Richard Strauss, et plus récemment Alain Bashung.

Le 31 janvier 2020, l'OPS y donnera le concert inaugural de la nouvelle vie de la grande salle, dans un bâtiment entièrement rénové.
 

Le coup d'envoi de ce chantier avait été donné en 2011 par la municipalité, pour des premiers coups de pioche donnés en 2013. Dès 2015, une première tranche de travaux s'achevait, dans l'aile dite "Marseillaise" du bâtiment, pour accueillir les élèves du centre chorégraphique.
 

Résistance au feu de trois minutes

Mais le gros du chantier concerne la grande salle de concerts. Les travaux ont démarré à l'été 2018, pour s'achever à la fin de l'année 2019. Et les ouvriers se sont attaqués au point sensible des travaux : le toit et la voûte. Le bâtiment a peu à peu été découvert, afin de renforcer la charpente : en plus de la charpente bois et d'une charpente métallique de type Eiffel, elle sera renforcée par d'autres poutrelles métalliques.
 
"La résistance au feu de ce bâtiment était de trois minutes. Notre priorité est donc évidemment la mise en sécurité, détaille l'architecte en charge du chantier, Nathalie Haas. Ensuite, nous attachons à reconstituer à l'identique la voûte, pour qu'elle garde toutes ses qualités acoustiques." 

Des infrastructures qui seront évidemment techniquement équipées pour accueillir tous les éléments techniques nécessaires à la scène, ce qui n'était pas le cas jusque-là. "Quand il fallait assurer des concerts avec jeux de lumières, équipements sonores, c'était très compliqué, se souvient Alain Fontanel, adjoint au maire en charge de la culture. Musica, par exemple, proposait des rendez-vous, mais c'était un peu le système D."
 

Des fresques découvertes, puis recouvertes

Les fresques datant de l'origine du bâtiment, découvertes en août 2018 sous le plâtre des précédentes rénovations, seront en revanche à nouveau masquées, pour les préserver de la lumière.
 

Restera une dernière tranche de travaux, pour des salles annexes, qui feront l'objet d'un nouveau chantier. Ce bijou de l'art nouveau, témoin de la Neustadt, aura alors retrouvé toute sa superbe.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine culture musique