LGBT+ : un spectacle de drag-queens dans une église de Strasbourg pour faire "bouger les lignes"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Judith Jung

L'église protestante Saint-Guillaume de Strasbourg accueille, ce jeudi 2 juin, les "12 travelos d'Hercule", un cabaret de drag-queens. Objectif : faire rire, mais faire réfléchir aussi en racontant la liberté, la colère et les émotions des sept comédiens sur scène.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Oui oui, vous avez bien lu, l'église protestante Saint-Guillaume de Strasbourg accueille, ce jeudi 2 juin, un cabaret de drag-queens. Au programme, un spectacle mêlant rire, réflexion et émotions.

L'histoire des "12 travelos d'Hercule" est une histoire d'amitié avant tout. Des copains des conservatoires de Grenoble et de Lyon qui, il y a six ans, ont décidé de monter un collectif. Passés de douze à sept, les danseurs, chanteurs et comédiens proposent depuis une forme de théâtre décalé, un cabaret de drag-queens. 

Car c'est aussi cela l'histoire des "12 travelos d'Hercule", un cabaret joyeux qui fait rire et en même temps questionne la société. Qui sommes-nous ? Vaste question à laquelle la troupe ne prétend pas vouloir répondre. Le message est plus simple : "soyez qui vous êtes". Les sept comédiens, eux, jouent des personnes fantasques qui dévoilent, en filigrane, ce que chacun d'entre eux aimerait pouvoir être. 

"Mon personnage m'aide à m'affirmer" raconte Kevin alias Rubis Camionnette, l'une des drag-queens de la troupe. "Je me sens fort et je peux dire des choses que je n'oserais pas dire. L'une de mes chansons est une critique de la société" où l'homme hétérosexuel occupe toute la place. Des textes écrits par la troupe comme la chanson "Ainsi parlait Zaradouzetrav" (clip ci-dessous). "C'est nous les drags, c'est nous les queens, mais quand on te dragues, c'est toi qui couines", le ton est donné. 

Des comédiens qui sillonnent la France. Ce jeudi 2 juin, halte à Strasbourg pour faire découvrir leur cabaret dans un lieu insolite, disons-le. C'est en l'église protestante Saint-Guillaume que Rubis Camionnette, Chipolatata, Coco Mojito et les quatre autres drag-queens donneront de la voix.

Cela va dans le sens de notre volonté d'accueillir tout le monde. Cela permet de faire bouger les lignes

Daniel Boessenbacher

Pasteur

L'église est connue pour son antenne LGBT qui propose aux personnes queers et ami.es des temps d'échange, de partage, de prière et de célébration tous les premiers lundis du mois au sein de la paroisse. Le pasteur Daniel Boessenbacher, pour qui un lieu cultuel est aussi un lieu culturel, accueille ce spectacle avec "grand plaisir".

"J'ai vu deux extraits, c'est assez décapant" estime t-il "ça va dans le sens de notre volonté d'accueillir tout le monde. La frivolité du cabaret n'est qu'une apparence. Les personnes LGBT sont maltraitées. Nous souhaitons faire bouger les lignes". 

Un spectacle qui s'inscrit dans la 5e édition du festival strasbourgeois Démostratif, festival des arts scéniques émergents organisé en collaboration avec l’université de Strasbourg. Il se déploie dans plusieurs lieux de la capitale alsacienne jusqu'au 4 juin. Et la proposition artistique des "12 travelos d'Hercule" qui malmène les codes entre pleinement dans la thématique retenue cette année : les Inévitables révoltes. 

Les 12 travelos d'Hercule vous attendent à 21h30 en l'église Saint-Guillaume pour 1h30 de représentation.