VIDÉO. "Contempler ses poules ou ses lapins, le matin et le soir, c'est un monde à part", voici revenu le temps des expositions avicoles

durée de la vidéo : 00h04mn50s
Sujet Rund Um en alsacien sous-titré ©France Télévisions

En ce début d'année, lapins, poules, pigeons se montrent sous leur plus beau jour pour le plus grand plaisir des éleveurs amateurs qui attendent cet événement avec impatience.

Rendez-vous à Sélestat (Bas-Rhin) avec des éleveurs de la société d’aviculture : Jean-Jacques, Samy, Pierrot, Jean-Paul et Michel, des passionnés qui se préparent pour la prochaine exposition avicole des 13 et 14 janvier.

Un petit groupe d’hommes de Sélestat et une bonne ambiance, au milieu d'animaux : poules, canards, pigeons et lapins. Cette association compte une quarantaine de membres et été créée par le Baron de Turckheim en 1911. La plupart des membres sont des amateurs qui élèvent tous leurs propres races. "Ça fait un bien fou, le contact des bêtes."

Samy Ruhlmann éleveur de poules d’Alsace et aussi un grand fan de lapins. En particulier les Rex dont la particularité est une fourrure duveteuse, très dense et courte, ayant l'aspect du velours et composée d’un fin duvet de 16 à 20 mm. Il se rend dans toute la France pour en acheter différents types et assurer ensuite la reproduction.

Le fruit d’une année de patience et de soins animaliers

 Régulièrement, les éleveurs se rencontrent pour comparer, évaluer et échanger des petites astuces concernant les bêtes, car au concours, chaque détail va compter : l’aspect général, la masse, le poids, la couleur, les soins et l’allure. Chaque race a ses caractéristiques bien définies, listées dans des classeurs, puis évaluées lors des concours, selon leurs défauts. Tous les animaux reçoivent une note chiffrée allant de 90 à 97 points : 97 points = Excellent, 90 points = éliminé.

Un rendez-vous que tous préparent depuis des mois. Jean-Paul Danguel, éleveur et membre de la société, a les yeux qui brillent quand il nous révèle qu’il est né dans le monde avicole et que ses ancêtres en faisaient déjà partie. "Mon fils me dit : "toi, avec tes poules, tu es complètement dépassé." Alors, je lui réponds "qu’elles m’écoutent quand je leur parle de mes soucis, quand je les regarde, je suis ailleurs dans ma bulle." Des années passées à élever les plus beaux spécimens.

Pierrot Mathéry nous présente ses pigeons de Gier, originaires de la région de Saint-Étienne et ses "Heurtés de Thuringe", une race allemande. Ce qui l’intéresse dans cet élevage, c'est de croiser différents couples pour viser la perfection. Car "deux parents parfaits ne donnent pas forcément de beaux petits." Il veille et reste attentif à chaque détail : que les yeux soient bien rouges et à la forme des paupières, du cou, de la poitrine. Il observe et soigne avec minutie leurs ailes et leurs pattes.

Un réel engouement pour l’aviculture

 

Les éleveurs savent que la concurrence sera rude et que tous les critères seront notés. 250 sujets sont attendus à l'exposition, qui réunira une quinzaine d’exposants. L’impatience est grande, car c’est la première année où l'on peut à nouveau exposer des volailles. 

Rendez-vous au Caveau Sainte-Barbe de Sélestat donc, les 13 et 14 janvier. Une belle occasion pour les éleveurs de partager leur passion avec un public qui aime poser des questions, sur l’alimentation ou les conditions pour réussir son élevage de races.

Au-delà des prix et des compétitions, c'est surtout l'ambiance qui est appréciée lors de ces événements. Une occasion de se retrouver dans la joie et la bonne humeur : "et après les expositions, on prolonge la fête"  sourit le président de l'association, Jean-Jacques Munch.