Centenaire 14-18 : quatre ans dans les traces de la Grande Guerre

Les journalistes de France 3 auteurs des "Histoires 14-18", devant l'Ossuaire de Douaumont dans la Meuse, le 27 septembre 2018. / © JC Verhaegen pour France 3 Grand Est
Les journalistes de France 3 auteurs des "Histoires 14-18", devant l'Ossuaire de Douaumont dans la Meuse, le 27 septembre 2018. / © JC Verhaegen pour France 3 Grand Est

Ils ont raconté la Guerre de 1914-1918 cent ans plus tard. Plusieurs équipes de France 3 Grand Est, Hauts-de France et Bourgogne-France-Comté ont remonté le temps pour diffuser chaque semaine les "Histoires 14-18".

Par Matthieu Mercier

Né en 2013, le projet des "Histoires 14-18" était un peu fou. Diffuser chaque fin de semaine entre août 2014 et novembre 2018, un reportage sur la Guerre 1914-1918, cent ans après, en lien avec le territoire du Nord-est. Pour suivre la chronologie du déclenchement des hostilités. 

Une aventure qui a mobilisé quatre années durant sept journalistes du réseau France 3, deux monteurs de l'atelier vidéographie à Nancy et des historiens. Le pari a été tenu. 670 reportages ont été réalisés, puis diffusés en fin de semaine, sur les antennes de France 3 dans le Nord-Est de la France et sur le site 14-18.
 


L’équipe s’est lancée dans cette aventure avec passion. Au rythme des découvertes historiques. Si les doutes ont parfois existé, l’engagement a été total. «On a cherché à raconter ce conflit mondial qui s’est déroulé en grande partie dans le Nord-est de la France, par le biais d’histoires individuelles, précise Florence Mabille, l’une des journalistes de l’équipe.

Sur le terrain, on a fouillé, on a enquêté. On a ouvert une porte et le public s’est engouffré dedans.

 

Trouver des témoins et des descendants de Poilus, remonter le temps, dénicher des images et des films de l’époque a nécessité des recherches colossales. Le résultat, "une collection extra ordinaire, raconte Anne de Chalendar, l’une des journalistes associées au projet. Nous avons été accompagnés par des historiens. L’idée était d’ouvrir les esprits sur cette guerre. Notamment sur l’aspect allemand pour mieux comprendre l’Alsace d’aujourd’hui ».
 

La Guerre 14-18 au plus près


Chacun dans sa région a suivi pas à pas les étapes du conflit. « On est un peu parti la fleur au fusil, avoue Laurent Parisot, journaliste à France 3 Lorraine, jamais on n’aurait pensé que ce projet allait vraiment durer quatre ans. Et finalement, on a vécu à 100 ans de distance, l’histoire de cette Guerre au plus près. C’est rare de travailler quatre ans de suite sur une même thématique ».

Même enthousiasme du côté des monteurs de ces 670 épisodes, Patrick Cavrois et Arménio Galvao De Almeida. Mobilisés pendant quatre ans à mi temps chacun s'est approprié ce dossier en associant créativité et travail sur les images d'archives. 

Une fouille méthodique des archives au delà des frontières de l'Hexagone. Ainsi, l'un des sept journalistes de l'équipe s'est envolé jusqu'en Australie, pour remonter le fil de l'Histoire. "Rejoindre les descendants des soldats du Commonwealth, des Australiens qui se sont retrouvés jetés dans la Guerre de 14", détaille Dominique Patinec, de France 3 Picardie. 

Ils ont visité entre autres l'Australian War Memorial qui consacre la mémoire de ses soldats morts lors des guerres du Commonwealth d'Australie. En son sein se trouve la tombe du soldat inconnu tombé durant la Grande Guerre. Son corps a été exhumé du cimetière Adelaïde de Villers-Bretonneux en 1993.

Le résultat de ce périple australien en vidéo
 


Reportage après reportages, les journalistes se sont spécialisés dans ce créneau historique. "L’histoire de cette Guerre est complètement folle, poursuit Laurent Parisot. La France a tâtonné à l'époque. La bataille de Verdun où 300 000 soldats ont perdu la vie, c’est aussi le coup de poker de l’Allemagne qui a tout misé sur cette attaque. Car Verdun était un lieu stratégique pour prendre ensuite la capitale, Paris".

Vidéo : La deuxième bataille de la Marne en juillet 1918, décisive pour l’issue de la Grande Guerre
 

 

Programmation spéciale du 19 octobre au 4 novembre 2018 


Pour commémorer le Centenaire de l'Armistice de 1918, une programmation spéciale sera proposée sur France 3 dans le Grand Est. 
  • Du lundi au dimanche, 2 épisodes de la série Histoires 14/18, il y a 100 ans dans les éditions du 19/20 régional,
en Alsace, Champagne- Ardenne et Lorraine.
  • "Les provinces perdues", une série spéciale sur France 3 Alsace à partir du 5 novembre

Durant une semaine, dans le 19/20 sur France 3 Alsace, une série de reportages
sur le retour des provinces perdues à la France, l’Alsace et la Moselle.

 
  • Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine - 22 octobre
Le légiste des Poilus - 5 novembre

Le festival du film d’histoires de Verdun s'associe avec France 3 Grand Est à cette occasion :

du 19 au 21 octobre, en avant-première 3 documentaires inédits des petites histoires qui ont fait
la Grande Guerre. Amateurs et spécialistes découvriront ces réalisations et pourront échanger avec les équipes
de France 3 Grand Est.

3 documentaires de 26 minutes, pour synthétiser 4 ans de reportages inédits

Sur le front vosgien, diffusion le 21 octobre

Depuis le site du Hartmannswillerkopf, l’épisode nous fait découvrir la guerre de montagne et ses conditions extrêmes pour les combattants. Et dans cette Alsace, alors allemande, l’armée impériale de Guillaume II est ici chez elle. L’occasion de mieux comprendre les particularités de « ces provinces perdues » (Alsace et Moselle) en 1870.
 


La main de Massiges
Diffusion le 28 octobre


Des kilomètres de tranchées qui, vus du ciel, dessinent une main ; ce site d’Argonne est saisissant. Son état de conservation est tel que l’on peut parfaitement y imaginer le quotidien des soldats.
Des soldats venus des 4 coins du monde, par le jeu des alliances, pour combattre aux côtés des Français. Des soldats
au sol qui regardent dans le ciel où se déroulent de nouveaux combats, ceux de l’aviation.
Et les femmes, dans cette guerre d’hommes, elles ont eu un rôle considérable, héroïque même parfois.

Un nom évoque à lui seul la guerre : Verdun
Diffusion le 4 novembre


Sur le site emblématique des batailles les plus meurtrières de la Première Guerre mondiale, l’épisode revient sur les progrès
fulgurants de la médecine imposés par les terribles blessures des combats.

Une guerre avec des armes et une guerre avec des mots : la propagande a joué un rôle décisif pendant tout le conflit. Les artistes ont usé aussi de leurs talents pour décrire l’horreur de la guerre, qu’ils soient ou non combattants.

 

Sur le même sujet

Elevage visons de Spincourt -Meuse

Les + Lus