Vous ne savez pas quoi faire de vos vieux téléphones ? Faites un geste solidaire en les donnant !

Un téléphone inutilisé traîne depuis des mois dans votre tiroir, c’est le moment de lui donner une nouvelle vie en participant à la Grande Collecte Solidaire de l’éco-organisme Ecosystem. Le don peut se faire dans divers points de collecte ou en ligne, gratuitement. Les téléphones seront ensuite reconditionnés ou recyclés, selon leur état.

Problème de batterie, son défectueux ou écran cassé… Autant de raisons qui poussent à remplacer son téléphone, le ranger et à terme, l'oublier. En France, 46 millions de portables dorment dans nos tiroirs, selon une étude Harris Interactive et Credoc menée en 2023.

Pour leur éviter ce triste destin, une Grande Collecte Solidaire de téléphones est organisée en France à partir de ce mercredi 5 juin 2024 par Ecosystem, entreprise à but non lucratif d’intérêt général, agréée par les pouvoirs publics. En Champagne-Ardenne, il est possible de faire un don jusqu’au 28 juin dans l’Aube, le 5 juillet dans la Marne et le 15 juillet dans les Ardennes. Et ce, peu importe l’état du bien, qu’il soit quasiment neuf ou complètement abîmé.

Des points de collecte ont été mis à disposition dans les collectivités partenaires (voir carte ci-dessous). Il est également possible de les envoyer gratuitement par la poste avec jedonnemontelephone.fr, un service disponible toute l’année.

Pour une prise de conscience collective

L’objectif de cette opération “coup de poing” ? “Sensibiliser le maximum de Français à la seconde vie des appareils électriques et changer les comportements en ancrant le don, un geste qui a du poids”, explique Laura Chech. L’année dernière, la barre des 100 000 téléphones collectés depuis le début de l’opération, en 2020, a été franchie. En 2023, 30 000 avaient été récupérés, dont 16% en moyenne ont été reconditionnés. 

Deux options sont possibles : le réemploi et le recyclage. Concrètement, une fois récupérés par Ecosystem, qui coordonne le tout, les mobiles sont envoyés aux Ateliers du Bocage, une société d’intérêt collectif de l’économie sociale et solidaire (ESS) et membre d’Emmaüs France. Basée dans les Deux-Sèvres, elle est spécialisée dans la remise en état des téléphones. 

50 tests sont ensuite réalisés afin de déterminer si le portable, vidé de ses données, est en assez bon état pour une seconde vie. Lorsque ce n’est pas le cas, ils sont envoyés à des usines de recyclage partenaires. 

Téléphones inutilisés, mais pas inutiles

À noter qu’un seul téléphone contient 70 matériaux : le plastique et l’aluminium pourront donc servir de pièces dans l’automobile, les métaux non ferreux transformés en câbles et les métaux ferreux deviendront des armatures métalliques dans la construction.

Si les 46 millions de téléphones inutilisés étaient recyclés, ils permettraient d’économiser l’équivalent de 85 000 tonnes de matière.

Laura Chech, chargée de la collecte chez Ecosystem.

C'est un geste non négligeable dans un “contexte d'épuisement des ressources” assure Laura Chech.

Outre le geste écologique, l’initiative contribue aussi à la solidarité : les téléphones réemployés sont distribués gratuitement à des associations locales pour des personnes en situation de précarité. Les Ardennes et la Marne contribueront à hauteur de 100 téléphones aux 1000 dons pour Emmaüs Connect et 200 seront donnés à un acteur local de l’Aube choisi par la ville de Troyes.

C’est justement de cette volonté d'offrir à des personnes isolées la possibilité d’avoir un téléphone qu’est né le projet, pendant la crise sanitaire. Le tout en favorisant la reprise d’emploi puisque dans le cadre de son projet d’utilité sociale, les Ateliers du Bocage emploient des personnes en contrat d’insertion. 

Le réflexe de la seconde vie

Comme chaque année, tous les dons seront symboliquement remis aux associations locales lors du Tour de France, dont Ecosystem est partenaire responsable et les villes étapes collaboratrices de la collecte depuis ses débuts. Un rendez-vous incontournable dans divers territoires et propice à la transmission sur l’importance du don, plutôt que le réflexe de la poubelle, où les appareils sont incinérés sans être dépollués.

Sur les 450 000 tonnes de petits appareils électriques générés chaque année en France, 25% partent à la poubelle, soit 119 000 tonnes.

Laura Chech, salariée d'Ecosystem depuis 2022.

Alors, que faire de ses appareils ? En cas de panne, il est toujours possible de les faire réparer par un professionnel labellisé Quali Repar, qui permet d’avoir une remise de 25 euros sur la réparation. Si l’appareil fonctionne toujours, direction une association. Et s'il est hors d'usage, direction une déchetterie ou un point de collecte en magasin.

Notamment ceux qui vendent des appareils électriques sur une surface de vente supérieure à 400m2, puisqu’ils ont l’obligation légale de les reprendre. Laura Chech invite tout un chacun à se questionner, pour "en faire une habitude". 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité