Comète Neowise : "Prenez le temps de lever la tête !" nous conseille Christophe, passionné d'étoiles meusien

Publié le
Écrit par Sophie Gueffier
La comète Neowise dans le ciel meusien, avec le monument des Eparges en premier plan.
La comète Neowise dans le ciel meusien, avec le monument des Eparges en premier plan. © Christophe Aubertin / Pour FTV

Depuis le début du mois de juillet, la comète Neowise est visible dans le ciel depuis nos latitudes. Christophe Aubertin, photographe professionnel meusien a tenu à nous faire partager son bonheur de l'observer.

Depuis le début du mois de juillet 2020, la comète Neowise est visible dans le ciel sous nos latitudes. Christophe Aubertin, passionné d'astronomie et photographe professionnel, parcourt chaque nuit le nord Meusien et le Pays Haut afin de l'observer sous toutes les coutures. Voici un time lapse qu'il a réalisé, avec effet waouh garanti :
Time lapse de la comète Neowise - Christophe Aubertin
"Je vais enfin pouvoir me reposer un peu!". C'est ainsi qu'il attaque notre entretien. À ma question sous-jacente, il explique, "Ben oui, avec la pluie, je vais pouvoir dormir un peu. Pas moyen de l'observer avec une météo pareille. C'est une vraie catastrophe! ". Fort heureusement, ces dernières semaines lui ont ouvert des fenêtres de météo plus favorables. Il a pu observer, en parcourant le nord Meusien, la fameuse comète, d'Arrancy-sur-Crunes à Marville en passant par les Éparges. "Je l'ai d'abord cherchée à travers les nuages en observant au Nord-Nord-Ouest. Et depuis je suis sorti chaque nuit. Parfois, les nuages viennent la cacher un peu, mais ça fait partie du plaisir."
Car c'est bien de plaisir qu'il s'agit. Son débit de paroles, le sourire dans sa voix, tout le prouve, même par téléphone interposé.
"C'est bien simple (devant la comète) je reste scotché !".

Merci Laurent Cabrol

Sa passion pour l'astronomie remonte à ses 15 ans. C'est en regardant les émissions de France 2 "La nuit des étoiles" présentées par Laurent Cabrol, qu'il s'est piqué au jeu de l'observation du ciel.
"Dans l'émission, il y avait des invités comme Hubert Reeves, je les écoutais et j'ai essayé de comprendre ce qu'ils expliquaient". Ensuite, il a acheté les magazines spécialisés, comme "Ciel et espace", dans lesquels il trouvait les cartes mensuelles du ciel et a commencé ainsi à observer les étoiles, en autodidacte. Il se souvient de sa toute première émotion : "J'avais quinze ans, j'ai pris la petite lunette du père, j'ai pris la carte du ciel et j'ai cherché Saturne. J'ai tourné la carte dans le bon sens, j'ai ajusté ma lunette et je l'ai vue. C'était comme un cercle avec deux petites oreilles de Mickey. Le cercle c'était le disque planétaire et les oreilles, c'étaient les anneaux..."
Ses premières photos du ciel viennent plus tard, en août 1999, lors de l'éclipse totale de soleil (qu'on a pu observer dans le Nord de la France). Au gré de l'expansion de sa passion, il fait évoluer son matériel. Aujourd'hui, il l'avoue, pour observer et prendre des photos de qualité, il est nécessaire d'avoir du matériel de professionnel -en même temps c'est son métier !- qui coûte entre cinq et six mille euros : un appareil numérique réflex pro avec plusieurs objectifs, le tout couplé à un télescope motorisé. La passion a un prix. 

Ce qui n'a pas de prix, en revanche c'est le bonheur que cela lui procure. "C'est magique d'observer le ciel, de découvrir les choses de l'espace; on est comme des gosses, émerveillés". D'ailleurs, il s'étonne "Les gens n'observent pas assez le ciel, ils ne s'en préoccupent pas assez. C'est pourtant le milieu où tout commence." Et de répéter "Il faut -en appuyant sur le verbe- observer le ciel. Il faut intéresser les enfants. On comprend qu'on n'est rien dans tout ça.". 

De son vrai nom C/2020 F3 NEOWISE

"C'est déjà la quatrième comète que l'on peut observer cette année. Mais c'est La comète de l'année!".
Elle vient d'être découverte cette année par des astronomes américains. Elle sera visible en Lorraine jusqu'au début du mois d'août, avec un passage au plus près de la terre lors de la nuit du 22 au 23 juillet. Elle est visible toute la nuit (dans le jargon des astronomes on dit circumpolaire), juste après le coucher du soleil vers 23h00 et jusqu'à 4h00 du matin. On l'observe au mieux vers 2h00.
Christophe Aubertin tient absolument à me donner quelques chiffres, "ils sont à tomber par terre" s'exclame-t-il :
  • Son noyau a un diamètre de 5 à 10 kilomètres. Il suit une orbite elliptique
  • Elle avance à une vitesse de 248 000 km/h soit environ 69 km par seconde
  • Elle se trouve à une distance de 100 à 120 millions de kilomètres de la terre, c'est pour cette raison qu'on a l'impression qu'elle reste fixe dans le ciel.
  • Elle devrait repasser dans notre ciel dans cinq à sept mille ans. ("Je serai alors comme elle, de la poussière d'étoile"). 
Il explique. "La comète a deux queues, l'une bleutée, ionisée par les vents solaires, elle mesure plus de 900.000 kilomètres de long), la seconde, plus visible est composée de poussières."
Christophe Aubertin a envie de faire partager sa passion et sa joie. Il explique qu'il a préparé, pour quelques amis, une sortie prochaine pour observer la comète. C'est compliqué, en raison des mesures barrières, mais il y tient. Il a préparé des photos explicatives pour reconnaître les différentes parties de la comète.

Levez la tête !

Christophe Aubertin, photographe


"Levez la tête, vous verrez, avec tout ce qu'il y a à voir on pense à autre chose."
"A force de lever, la tête, je finis par avoir mal au cou, mais je me soigne" ajoute-t-il non sans humour.
Avant de mettre fin à l'entretien il ne peut s'empêcher de rappeler qu'aux environs du 10 août, il ne faut pas manquer la pluie d'étoiles filantes, les fameuses Perséides, autrement nommées les larmes de Saint-Laurent. Encore un événement astronomique à ne pas manquer. 
 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.