Coronavirus : en Alsace, comment l'entraide mise en place dès le début du confinement grandit dans le pays welche

Conseils, idées, courses partagées, drive, rencontres virtuelles sont autant de possibilités mises en place dans le pays welche (Haut-Rhin). L'objectif est naturellement de rapprocher les habitants des villages un peu éloignés mais aussi et surtout de réchauffer les cœurs. Et cela fonctionne.

Joel Piras, habitant d'Orbey, imprime jusqu'à 30 visières/jour pour le corps médical
Joel Piras, habitant d'Orbey, imprime jusqu'à 30 visières/jour pour le corps médical © Document remis - Joel Piras
Dès l'annonce de l'instauration du confinement, le 16 mars au soir, Béatrice Dubois Miclo - habitante du Bonhomme (Haut-Rhin) - a décidé de créer un groupe d'entraide pour rendre service aux personnes isolées de ce coin rural d'Alsace. Très vite elle a été soutenue par la municipalité et son initiative a séduit au-delà du petit village. En un rien de temps, juste avec de la volonté, les villages d'Orbey, Labaroche et Lapoutroie ont suivi. Le groupe Solidarité coronavirus pays welche était né dans cette région d'Alsace où l'on ne parle pas l'alsacien mais le welche (langue romane) et où les traditions sont proches de celles des montagnes vosgiennes. 

st la partie de l'Alsace étant traditionnellement de langue et de culture romane. I


Ce groupe d'entraide et d'informations est indispensable. Je le consulte chaque jour. Ça simplifie grandement notre quotidien
- Une habitante, membre du groupe

Personnel soignant, restaurateurs, habitants, le groupe compte plus de 1.435 membres qui savent qu'ils peuvent compter les uns sur les autres. Chaque jour de nouvelles personnes le rejoignent pour proposer de l'aide ou pour demander conseil. L'office de tourisme de la Vallée de Kaysersberg leur à même fourni une liste avec tous les producteurs du secteur chez qui les habitants peuvent s'approvisionner. Une façon de soutenir les agriculteurs et petits commerçants locaux et de procéder à des commandes groupées pour éviter tout déplacement. Ainsi le groupe ne s'interdit rien à partir du moment où les gestes barrières sont respectés. Livraison de poules pondeuses, trucs et astuces pour se faciliter le quotidien, tutos créatifs, commandes groupées pour les courses, plats du jour à emporter proposés par les restaurateurs de la vallée : les habitants trouvent toutes les solutions à leurs problèmes. 

Pour nous, producteurs, il est important de vendre notre marchandise
- Laurence, maraîchère


Les ventes de paniers de fruits et légumes "nous permettent de vivre, de payer nos charges de plus en plus importantes. Nous ne nous voyons pas faire un crédit avec encore un remboursement ! Surtout depuis l’arrêt des marchés qui sont notre seule source de revenu et de satisfaction qui récompensent un long travail de semis, de suivi, de récoltes, de stockage et de conditionnement (...) La mise en place de ces paniers pour nous a été un soulagement et une grande satisfaction à chaque bip de message", avoue Laurence, maraîchère dans la vallée. Cette forme de vente lui permet d’ajuster son travail en quantité et en produits. La vente de légumes locaux et de saison "devrait permettre aux consommateurs de retrouver un rythme avec les cycles biologiques (...) Nous souhaitons que ce retour aux sources ne soit pas qu’un feu de paille" conclut-elle.
 
Livraison de produits locaux grâce à la camionnette "en passant par la ferme"
Livraison de produits locaux grâce à la camionnette "en passant par la ferme" © Document remis - B.Miclo Dubois
 

Ce groupe m'a permis d'entrer en contact avec des personnes qui ont pu me donner un coup de main quand j'étais arrivée à bout de forces à la fin des 400 masques
- Caroline, de l'atelier Toudoux

Couturière à la tête de sa petite entreprise au Bonhomme, Caroline coud des masques à tour de bras pour les ambulanciers et auxiliaires de vie. Le groupe lui permet de trouver plus facilement de la matière première pour continuer ses confections. Ainsi, ce sont toutes les petites mains de la vallée qui se sont mises à la confection de masques, mais aussi de blouses ou de visières. Pas un jour sans que l'un des membres ne propose de l'aide.
Isabelle Amann infirmière, peut compter sur Barbara Meyer, autre couturière de la vallée et madame Lupfer qui confectionne des blouses dans de vieux draps
Isabelle Amann infirmière, peut compter sur Barbara Meyer, autre couturière de la vallée et madame Lupfer qui confectionne des blouses dans de vieux draps © Document remis - Isabelle Amann
Beaucoup espère qu’après cette "épisode de leur vie", comme ils l'écrivent dans leurs messages, tous se souviennent de toutes ces personnes qui ont oeuvré pour les habitants du pays welche. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société solidarité
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter