Coronavirus : appel aux volontaires pour aider les personnes âgées dans les Ehpad

En Haute-Marne, le Préfet, le président du département et l'ARS lancent un appel aux volontaires pour aider les EHPAD publics à prendre en charge les résidents durant la pandémie.Contraints de lutter contre la propagation du virus, les personnels des EHPAD sont au bord de l'explosion.
 
Haute-Marne: Le Préfet, le département et l'ARS recherchent des volontaires bénévoles
Haute-Marne: Le Préfet, le département et l'ARS recherchent des volontaires bénévoles © transmis par Adrien Guéné
En Haute-Marne, l'Etat et le département font appel à des volontaires pour aider le personnel des EHPAD, débordé par la pandémie. La Haute-Marne compte 27 établissements publics. Les directeurs ont alerté les pouvoirs publics sur une situation explosive.
 

Appel aux volontaires

La préfecture de Haute-Marne met en place une plateforme pour recruter des volontaires pour les EHPAD publics. En période de crise sanitaire, ces lieux d'accueils pour personnes âgées manquent de personnels pour accompagner les aînés, fragilisées par le confinement et l'absence de visites de leur famille.
Un numéro de téléphone unique 03 52 09 56 99 de 9h à 12h et de 14h à 16h, et un mail pref-reserve-volontaires@haute-marne.gouv.fr sont dédiés à cette opération.

Joseph Zimet, Préfet de Haute-Marne, Nicolas Lacroix, président LR du conseil départemental et l'ARS, sont associés dans cette mission d'aide aux EHPAD. Tous les volontaires peuvent postuler sur la plateforme, qu'ils s'agissent de soignants à la retraite, d'élèves infirmier ou de simples aidants.
 

Les directeurs des EHPAD tirent la sonnette d'alarme

Ce sont les directeurs d'EHPAD eux-mêmes qui ont alerté leur tutelle, l'ARS et le département.
Ils affirment qu'il est très difficile de gérer les EHPAD en période de pandémie. Il faut éviter la propagation du virus tout en continuant à apporter des soins aux résidents pour chaque geste du quotidien. Pour cela il faut du personnel, plus encore qu'en temps normal.

Le manque de soignants était dénoncé avant la crise sanitaire. En période de pandémie, il met en danger les résidents et les soignants des EHPAD.
 
A l'ehpad d'Arc-en-Brrois, on a frôlé la catastrophe.
A l'ehpad d'Arc-en-Brrois, on a frôlé la catastrophe. © Florent Etienne (document transmis)

A Arc-En-Barrois, on est passé près de la catastrophe

Florent Etienne est directeur de trois établissements en Haute-Marne. Deux de ses établissements ont été traversés par une vague de contamination, qui a touché les résidents et les soignants.

Dans l'établissement d'Arc-En-Barrois, cinquante-quatre des soixante-quinze résidents ont été dépistés positifs et il y a eu cinq décès. Dix-neuf soignants ont été testés positifs, et huit ont développé une forme grave. Il a dû réagir vite: Confiner les résidents dans leur chambre, demander aux personnels de s'arrêter de travailler pendant une semaine.


Une situation insupportable

Des semaines d'angoisse, pendant lesquelles le manque de personnel pour s'occuper des patients confinés dans leur chambre s'est fait cruellement sentir.
"J'y suis allé, relate Nicolas Lacroix, encore ému, il y avait une cinquantaine de résidents malades et pas assez de personnels pour leur donner à boire. C'est insupportable. Dans ces situations, on risque le glissement". Autrement dit une situation qui échappe, et les décès qui se multiplient.
 

Il faut du personnel

Heureusement à Arc-En-Barrois, la situation revient progressivement à la normale.
"On observe une amélioration depuis dimanche, constate Florent Etienne avec soulagement. Les résidents peuvent sortir. La salle à manger a réouvert, même si la distanciation doit être respectée; ils ne sont que deux par table. Cela dit c'est beaucoup mieux que d'être confiné dans sa chambre."
Et il ajoute:"J'ai hâte que l'on puisse tous les sortir des chambres, reprendre les animations, réautoriser les visites. Et pour tout ça, il faut du personnel".
 

Les directeurs d'EHPAD ont fait remonter leurs besoins

Pour préparer la plateforme de recherche de volontaires, une vaste consultation a été lancée auprès des Ehpad afin d'identifier leurs besoins.
Florent Etienne a demandé des volontaires pour aider les personnes âgées à manger. "Les repas et l'hydratation sont primordiaux. Un résident qui ne mangent plus perd ses forces. Nos résidents sont âgés, quatre-vingt huit ans en moyenne. Il faut les aider à manger. Cela prend environ quarante-cinq minutes. Des bénévoles pourraient nous aider. J'en ai demandé pour les trois repas de la journée. On va voir si je les obtiens".
 

Quatre agents du département mobilisés

Nicolas Lacroix, qui s'est rendu dans plusieurs EHPAD, est déterminé " J'ai contacté les écoles d'infirmiers de Chaumont et Saint-Dizier qui vont nous envoyer une trentaine d'élèves. Et puis il y a les aidants. Je pense que dans le contexte, beaucoup de gens ont envie de se rendre utile."
Les volontaires non soignants seront orientés vers des agents du département qui évalueront leur situation et leurs possibilités d'intervention. Quatre agents ont été mobilisés et leur répondront par téléphone ou par mail. Les ex-soignants seront orientés vers l'ARS.

La plateforme est active depuis mardi et a déjà reçu de nombreux appels de volontaires. Il s'agira bien de bénévolat. Aucune indemnité ne sera versée. Un appel au volontariat pour pallier les insuffisances de l'Etat.
Heureusement la générosité du public est sans limite, et c'est plutôt rassurant. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société