Coronavirus: quelles conséquences sportives pour les clubs professionnels lorrains?

Hormis dans le football et le basket, la pandémie de Covid-19 a mis un terme définitif aux compétitions dans toutes les disciplines sportives.
Une fin de saison prématurée qui fait quelques heureux et pas mal de frustrés parmi les clubs sportifs professionnels de la région. Tour d’horizon.

Le Sarrebourg Moselle Sud Handball devrait évoluer en Proligue (deuxième division) la saison prochaine.
Le Sarrebourg Moselle Sud Handball devrait évoluer en Proligue (deuxième division) la saison prochaine. © Sarrebourg Moselle Sud Handball
Le FC Metz,  l’AS Nancy Lorraine et le Sluc Nancy Basket ne savent pas encore si leurs championnats respectifs vont reprendre. Dans tous les autres sports, la saison est terminée. Les clubs professionnels lorrains sont fixés sur leur sort. Avec quelques bonnes nouvelles et pas mal de déceptions. Panorama, discipline par discipline. C’est une bonne surprise en cette période trouble pour le sport lorrain. Le Sarrebourg Moselle Sud Handball devrait intégrer la Proligue (deuxième division) la saison prochaine.
Au moment de l’arrêt des compétitions, le club mosellan n’était que cinquième du championnat de National 1. Mais son statut de club en voie d’accession au professionnalisme (VAP), qui lui impose un cahier des charges financiers très strict, va lui permettre de rejoindre l’antichambre de l’élite. 

«  Seuls les clubs disposant de ce statut VAP sont autorisés à monter et nous ne sommes que deux (avec Angers) à l’avoir. Du coup, nous montons tous les deux! Notre dossier vient d’être validé par la Fédération, on attend maintenant le feu vert de la Ligue Nationale de Handball », détaille le président de Sarrebourg.

Même si le contexte est particulier, c’est une grande satisfaction! Cela fait plusieurs années qu’on travaille sur ce projet de montée. Nous fêtons cette saison les cinquante ans du club, c’est une belle récompense!
Christian Reinhart, président du SMSH

Sarrebourg, qui devrait pouvoir bâtir un budget avoisinant le million d’euros, s’est lancé à la recherche de cinq ou six joueurs expérimentés. 

Vers un derby lorrain en Proligue

Il y aura donc un derby lorrain en Proligue la saison prochaine, puisque le Grand Nancy Métropole Handball, lui, est resté à quai. Les Nancéiens, quatrièmes au classement avant l’arrêt du championnat, étaient toujours en course pour rejoindre l’élite.

Même si la première place de la saison régulière semblait inaccessible, les hommes de Benjamin Braux espéraient pouvoir disputer le Final 4 à Saint-Brieuc fin mai et pourquoi pas le remporter pour accéder à la Starligue. La montée, objectif du club depuis plusieurs saisons, attendra encore...

La Ligue des Champions maintenue? 

Pas de 24ème trophée de champion de France pour le Metz Handball. Pourtant, le club termine officiellement premier de la saison, à égalité de points avec Brest. 
La Ligue féminine de handball, qui a annoncé la fin du championnat le vendredi 17 avril (il restait deux journées et les phases finales à disputer), a décidé de ne pas attribuer de titre. De nombreuses joueuses emblématiques (Zaadi, Glauser, Flippes, Smits) devraient donc quitter le club cet été, sans avoir pu saluer les fidèles supporters des Arènes. A moins que la Ligue des Champions se poursuive, comme le souhaite la Fédération européenne (EHF).

Pour l'heure, le quart de finale des Messines contre les Roumaines de Valcea est maintenu les 17 et 21 juin. Mais, on peine à imaginer que ces matchs puissent se disputer. 
Le Final Four, lui, a été déplacé au weekend des 5 et 6 septembre. Une décision ubuesque puisque les effectifs des clubs qualifiés ne seront plus du tout les mêmes.
 

Le championnat a été interrompu, alors que l'Epinal Hockey Club venait de se qualifier pour les demi-finales de D2 et semblait bien parti pour prendre l'ascenseur vers la D1 (le deuxième échelon national).
Le fédération de hockey sur glace a ensuite décidé de faire monter une équipe parmi les quatres meilleures de chaque division. Le club vosgien a naturellement déposé un dossier de candidature le 9 avril. La réponse fédérale devrait intervenir avant la fin du mois. Les dirigeants ont bon espoir.

En cas de feu vert fédéral, Epinal enchaînerait une deuxième montée consécutive, après sa liquidation judiciaire en 2018. Un budget prévisionnel de 860 000 euros sera présenté au gendarme financier du hockey français dans le courant du mois de juin.

Ce serait un immense plaisir et une grande fierté. En D1, on passerait un gros pallier. C'est une division beaucoup plus professionnelle. Et je crois qu'Epinal, qui est une vraie ville de hockey avec 2 500 spectateurs à chaque match à domicile, a toute sa place à ce niveau!
- Gauthier Valence, président de l'Epinal Hockey Club

En attendant de connaître leur sort, les hockeyeurs vosgiens s'entraînent comme ils peuvent durant le confinement. "Furieux, déçus et remontés comme des coucous". Les dirigeants du Grand Nancy Volley-Ball ne décolèrent pas et n'entendent pas se laisser faire. A deux journées de la fin de la saison régulière, leur club occupait la deuxième place du classement de Ligue B, à un petit point du leader Cambrai.

Selon le réglement, seul le vainqueur des play-off devait être promu dans l'élite en fin de saison. Nancy gardait donc encore toutes ses chances. Mais le 10 avril, le comité directeur de la Ligue a décidé de prendre en compte le dernier classement avant l'arrêt du championnat pour déterminer les montées et les descentes. C'est donc Cambrai qui accède à l'étage supérieur. 

C'est inadmissible! Si la Ligue avait décrété une saison blanche sans montée, ni descente, on aurait accepté notre sort. Mais là, l'équité sportive n'est pas du tout respectée!
- Michel Hentzen, directeur sportif du Grand Nancy Volley-Ball

"Nous avions encore deux matchs à disputer contre le dernier et l'avant-dernier du championnat, pendant que Cambrai devait affronter des équipes de haut de tableau, nous aurions très bien pu faire notre retard, poursuit le dirigeant nancéien. Il aurait fallu prendre exemple sur la fédération qui, pour les championnats amateurs, a pris en compte le classement au terme des matchs allers. Le seul moment où toutes les équipes avaient rencontré les mêmes adversaires. Et dans ce cas, nous étions premiers"

Le GNVB vient donc de déposer un recours devant le Comité national olympique et sportif français (CNOSF). Si sa requête venait à être rejetée, les avocats du club n'hésiteraient pas à porter l'affaire devant le tribunal administratif. 

En attendant la suite des évènements, Nancy construit son équipe pour la saison prochaine sur la même ossature que cette année. Son ambitieux président, Serge Petiot, avait fait de la montée en Ligue A une priorité pour le développement du club. Il nous l'avait expliqué dans ce reportage tourné au mois de janvier
 

Sans grande conséquence pour les filles

Les filles du Vandoeuvre Nancy Volley-Ball peuvent être déçues. Auteur d'une très belle saison, le club s'était assuré la sixième place de Ligue A deux journées avant la fin de la phase régulière. 
Pour la première fois de son histoire, le VNVB allait donc disputer les quarts de finale des play-off, son objectif depuis plusieurs saisons. Mais cela, c'était avant l'épidémie de coronavirus et l'arrêt du championnat. 
Les joueuses de Radoslav Arsov devront encore patienter avant de prendre part aux phases finales du championnat. 

Pour les filles du Terville Florange Olympique Club, le championnat c'est simplement terminer avec deux semaines d'avance. Le club mosellan, qui retrouvait l'élite cette année, avait assuré son maintien en Ligue A depuis quelques journées (dixième au classement). Une belle performance, que l'arrêt brutal de la saison n'est pas venu gâcher. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
handball sport volley-ball coronavirus/covid-19 santé société hockey sur glace basket-ball