Coupe de France : ça devient sérieux pour Metz et Nancy

© DR
© DR

Le tirage au sort des 32ème de finale de la Coupe de France, est marqué, lundi 4 décembre 2017 à 19 heures, par l’entrée en lice des 20 clubs de Ligue 1. Embûches possibles pour Metz et Nancy, qui connaissent des difficultés en championnat.

Par Didier Vincenot


Les choses sérieuses commencent en Coupe de France, avec, lors des prochains 32ème de finale, l'entrée en lice des 20 clubs de Ligue 1.

De gros espoirs pour les clubs amateurs rescapés, les "Petits Poucet", -qui ne rêve d'accueillir le Paris Saint-Germain ou l'Olympique de Marseille-, mais qui peuvent générer de légitimes inquiètudes pour les clubs professionnels.


En Lorraine, sont concernés le FC Metz et l'AS Nancy Lorraine

Deux clubs qui, c'est le moins que l'on puisse dire, ne brillent pas en cette première moitié de championnat, de Ligue 1 pour Metz et de Ligue 2 pour Nancy.

Un parcours régulier en Coupe s'annonce donc assez compliqué pour les deux clubs.



La situation du FC Metz

Les messins vont mal.
Bon derniers de Ligue 1, lanterne rouge avec seulement... 4 points, le FC Metz vient d'encaisser une énième défaite sur la pelouse de l'Allianz Riviera à Nice (3-1).


Largement dépassée depuis le début du championnat, l'équipe ne parvient non seulement pas à gagner, mais accumule défaites et contre-performances.

Témoins les deux derniers revers consécutifs à domicile contre Amiens (0-2) et Marseille (0-3).
5 buts encaissés, 0 marqué.

Le club a bien changé d'entraîneur, Frédéric Hantz à la place de Philippe Hinschberger, mais la situation n'évolue pas.

Aujourd'hui, c'est bien d'une "opération survie" qu'il faut parler.
Dans la situation actuelle, les Grenats ne peuvent espérer qu'un sursaut qui leur permettrait de grapiller les points nécessaires au sauvetage, pas mieux.

Aussi, difficile de parler de long parcours en Coupe de France, si le club à la Croix de Lorraine tombe sur des "Ligue 1".


La situation de l'AS Nancy Lorraine

A Nancy, la situation n'est pas meilleure que chez le voisin messin.

Les nancéiens, calamiteux lors de leur saison passée parmi l'élite, sont logiquement descendus à l'échelon inférieur.
Et une descente, ça compte dans le moral d'un footballeur professionnel.
Il faut la digérer.

Tant et si bien que les débuts en Ligue 2 furent particulièrement laborieux.
La descente associée à un recrutement qui fait beaucoup parler de lui, il n'en fallait pas plus pour pousser les nancéiens vers le bas du classement.

Aujourd'hui 17ème, à un seul petit point du barragiste, Bourg-en-Bresse, et à 6 du premier relégable, Quevilly, les nancéiens ont du souci à se faire.

L'équipe a du mal à se construire, et accumule les mauvais résultats.
Dernier en date, le sec 0-3 encaissé à la maison, face au Havre.


Faut rester positifs. On est vraiment dans le dur, dans le dur. Youssouf Hadji, attaquant de l'AS Nancy Lorraine.



Aussi, lors du 8ème tour, Nancy avait une feuille de route chargée face aux amateurs de Rungis.
Si le virage a été bien négocié (victoire 1-6), tout est cependant à faire, avec un match piège et particulièrement important vendredi, face au dernier de Ligue 2, Tours.

Inutile de préciser qu'un mauvais résultat sur le terrain de la lanterne rouge ne ferait qu'accentuer une crise déjà existante.

Si le dernier résultat en Coupe de France a été tonitruant, l'arrivée des clubs de Ligue 1 ne peut que compliquer la donne pour les lorrains.
Laborieux contre les équipes de Ligue 2, il est facile d'imaginer la difficulté, même sur un match, à manipuler une équipe évoluant à l'échelon supérieur, même si la Coupe réserve toujours quelques surprises.

Aussi, comme pour les messins, difficile d'imaginer pour Nancy un parcours très riche en Coupe de France.
Les deux clubs devant sauver leurs places dans leurs championnats respectifs.


Sur le même sujet

Epernay : un dispositif de sécurité renforcé pour les Habits de Lumières

Près de chez vous

Les + Lus