COVID-19 : où trouver le centre de vaccination le plus près de chez vous en Alsace

La campagne de vaccination continue de se déployer en Alsace. Après les résidents des EHPAD et les personnels de santé, les plus de 75 ans pourront recevoir leur dose de vaccin à partir du lundi 18 janvier, dans les centres dédiés. L'Alsace en compte huit à ce jour. 

Le syndicat CFDT de l'hôpital de Nancy lance un droit d'alerte. Il demande la possibilité pour le personnel soignant de moins de 50 ans de se faire vacciner.
Le syndicat CFDT de l'hôpital de Nancy lance un droit d'alerte. Il demande la possibilité pour le personnel soignant de moins de 50 ans de se faire vacciner. © Maxppp - Jean-François FREY

Sur le site du ministère des solidarités et de la santé, le chiffre grimpe de manière exponentielle de jour en jour. 138.351 personnes ont été vaccinées en France au 11 janvier, dont 11.335 dans le Grand Est. Dans un premier temps, la campagne a ciblé les résidents des EHPAD, les professionnels de santé de plus de 50 ans ou ceux porteurs de facteurs à risque (ainsi que les professionnels libéraux, les personnels des établissements de santé et médico-sociaux intervenant auprès des personnes vulnérables, les pompiers, les ambulanciers et les aides à domicile) et enfin les personnes handicapées vulnérables prises en charge dans les foyers d’accueil médicalisés et les maisons d’accueil spécialisées.

Au mardi 12 janvier, huit centres de vaccination sont actifs en Alsace, adossés aux établissements hospitaliers, six dans le Bas-Rhin, et deux dans le Haut-Rhin.

Phase 2 : les plus de 75 ans

En collaboration avec les collectivités et les élus locaux, les autorités préparent activement la deuxième phase de vaccination, qui concernera les plus de 75 ans, à compter du lundi 18 janvier. Haut-Rhin et Bas-Rhin confondus, 160.661 personnes ont plus de 75 ans dans la région (source : INSEE – ARS 2017), les résidents des Ehpad compris. Les modalités de prise de rendez-vous sont en cours d’élaboration.

Ce lundi 11 janvier, la sous-préfète en charge de la coordination de la vaccination dans le Bas-Rhin, Annick Pâquet, les présidents des communautés de communes et la conseillère médicale de l’ARS, Laure Pain se sont réunis pour évoquer de futurs centres de vaccination, leurs emplacements ainsi  que les conditions matérielles qu’ils devront remplir.

Les centres actuels et futurs accueilleront les candidats au vaccin. Sur place, des médecins libéraux et des infirmières procèderont aux injections. Selon nos informations, les autorités travaillent également à l’élaboration d’un « circuit » parallèle, qui permettra de vacciner les personnes de plus de 75 ans qui ne peuvent pas se déplacer.

Inscription sur les plateformes

Les plateformes de prise de rendez-vous médical en ligne Doctolib, Maiia et Keldoc ont indiqué avoir été sélectionnées par l'Etat pour la phase "grand public" de la campagne de vaccination contre le Covid-19.

Un rôle clé à une semaine de l'ouverture, le 18 janvier, de la vaccination à toutes les personnes âgées de plus de 75 ans. Le gouvernement a promis une prise de rendez-vous dès jeudi (14 janvier) via le site d'information public sante.fr mais Doctolib affirme que "les patients prioritaires peuvent d'ores et déjà prendre rendez-vous" et revendique "150 centres de vaccination" équipés avec son logiciel "dans toute la France".

Son concurrent Maiia assure que les inscriptions seront possibles "à partir de ce mercredi 13 janvier" pour une vaccination dès lundi 18, pour "les patients âgés de plus de 75 ans", ainsi que les "pompiers et aides-soignants de plus de 50 ans". Maiia indique en outre qu'à partir du 18 janvier les réservations "devront obligatoirement passer par la prise de rendez-vous en ligne", via les plateformes privées ou le site sante.fr, "qui doit permettre aux Français de trouver un centre de vaccination".

La plateforme Keldoc, filiale de la Mutuelle nationale des hospitaliers, confirme également avoir été "référencée" par le ministère de la Santé et ajoute être déjà utilisée dans "un certain nombre de centres de vaccination".

Pour les personnes n'ayant pas accès à internet, un numéro de téléphone devrait être rendu public mercredi pour les inscriptions.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société vaccins