Déconfinement : ce que l’on sait du retour à l'école à Mulhouse, Strasbourg et Colmar

© Jean-François Rey, Maxppp
© Jean-François Rey, Maxppp

Même si le déconfinement est annoncé pour le 11 mai, les écoles n’ouvriront leurs portes aux élèves qu’à partir du 14 mai. Une réouverture progressive encadrée par des normes sanitaires strictes. Les détails dans les trois grandes villes alsaciennes, Strasbourg, Mulhouse et Colmar.

Par Vincent Lemiesle

Le Président de la République, Emmanuel Macron, l'avait annoncé lors de son allocution du 13 avril : les écoles vont rouvrir à partir du 11 mai. Une réouverture progressive ne concernant dans un premier temps que les enseignants, les élèves, eux, ne reprendront le chemin de l'école qu'à partir du jeudi 14 mai. Une réouverture conditionnée au respect de normes sanitaires exigeantes : 10 à 15 élèves maximum par classe selon sa taille, port du masque obligatoire, lavage régulier des mains, récréations raccourcies, absence de matériel collectif. Les parents auront le choix d'envoyer leur enfant à l'école ou pas. Comment les trois grandes villes alsaciennes, Strasbourg, Mulhouse et Colmar, comptent s'organiser ? Voila en détail ce que l'on sait à l'heure qu'il est des mesures décidées.

A Strasbourg la prudence est de mise

Les parents d'élève ont été informés sur les modalités de réouverture des écoles par courrier hier, mercredi 6 mai par Françoise Buffet, l’adjointe au maire en charge de l’éducation. La Ville de Strasbourg envisage la reprise avec la plus grande prudence en raison de la situation particulière du département, durement touché par l'épidémie. Plusieurs décisions ont été prises au vu de la difficulté de faire appliquer les normes par des enfants : 
  • les écoles maternelles resteront fermées jusqu’à la rentrée de septembre ;
  • les écoles élémentaires accueilleront les enfants à partir du jeudi 14 mai et, dans un premier temps, uniquement les CM2 ;
  • l'accueil des CP est envisagé quelques jours plus tard, une fois les fonctionnements et habitudes bien établis ;
  • les CE1, CE2 et CM1 seront accueillis progressivement.

Les parents seront prévenus au fur et à mesure des dates de reprise et des jours d’école de la semaine pour les différents niveaux scolaires.
Les accueils périscolaires du matin avant 8h30 et de la fin de l’après-midi entre 16h30 et 18h30 devraient être assurés par les associations partenaires.
Des activités culturelles, sportives ou de plein air pourront être organisées pour les jours où les enfants n’auront pas école.
Les selfs des restaurants scolaires resteront fermés, les enfants devront donc amener leur repas sur place les quatre premiers jours d’école. A partir du lundi 25 mai des repas froids en barquette individuelle seront servis aux élèves jusqu'aux vacances d'été.
Toutes les précisions nécessaires seront envoyées au fur et à mesure aux parents d’élève.
 

A Mulhouse, prudence...et vigilance

Ce jeudi matin 7 mai, la maire de Mulhouse, Michèle Lutz, a annoncé lors d'une visioconférence de presse, les mesures prises par la Ville. Des mesures censées tenir compte de la situation particulière mulhousienne : 83% des écoles y sont classées en REP. L'ouverture des écoles est donc jugée prioritaire. Pour autant, Michèle Lutz dit vouloir rester vigilante et décider, le cas échéant, de ne pas rouvrir les écoles si les règles sanitaires n'étaient pas respectées. Une position de prudence qui a motivé la demande d'un délai de réouverture supplémentaire.
Les CM2 reprendront les premiers, à partir du 18 mai, suivis des CP le 25 mai. Les cours se feront en alternance hebdomadaire en fonction du nombre d'élèves par classe.
Pour les familles qui en font la demande, les enfants des autres sections (CE1, CE2, CM1) seront accueillis sur les temps scolaires dans des pôles d'accueil à partir du 18 mai en même temps que les CM2. La décision se fera sur des critères d'ordre économique pour les parents ou d'éloignement par rapport à l'école.
Pour la réouverture des maternelles, où les gestes barrières sont jugés plus difficile à faire respecter, il faudra attendre fin mai ou début juin.
Concernant les activités culturelles et sportives, un dispositif sera mis en place avec les associations dès le 18 mai. Dans un premier temps à l'intérieur de l'école puis sur des lieux plus ouverts à partir de juin. Les élèves devraient pouvoir manger sur place à partir du moment où ils sont présents à l'école, sans pour autant que la question de la cantine soit pour l'instant résolue.
Sur les 12.000 enfants scolarisés à Mulhouse, la Ville a pu évaluer, à la suite d'un sondage effectué auprès des parents, le pourcentage de ceux qui seront présents. Pour les CP et CM2, la part des familles souhaitant remettre leur enfant à l'école représente environ 25%, soit 3.000 enfants. Pour les autres il y aura continuité pédagogique avec les cours à distance assurés par les enseignants.
 

A Colmar, les décisions vont dépendre des parents


Un courrier a été envoyé aux parents le 5 mai leur demandant de faire part de leurs intentions auprès du service enseignement de la Ville. Les parents ont également reçu par mail une invitation à répondre à un sondage en ligne. Les réponses des parents quant à leur intention d'envoyer leur enfant à l'école, à la cantine et au périscolaire sont attendues au plus tard dans la journée, ce jeudi 7 mai. Les réponses permettront à la Ville d'évaluer le personnel nécessaire à affecter dans les écoles. 
Les CM2 reprendront les cours à partir du14 mai, une semaine sur deux pour les classes où le nombre d'élèves est supérieur à dix.
Les CP feront leur retour à l'école le 25 mai.
Pour les CE1, CE2 et CM1 aucne date n'est encore avancée.
Les enfants prioritaires (enfants de soignants, d'enseignants, ATSEM et dont parents doivent retrouner travailler) continueront à être accueillis, en principe dans leur école de rattachement.


Du côté des associations de parents d'élèves, les délais sont jugés trop courts pour permettre la mise en place des normes sanitaires exigées. A la FCPE, principale fédération de parents d'élèves, on demande une réouverture des écoles en septembre et pas avant. Les deux départements, Haut-Rhin, Bas-Rhin, sont beaucoup trop en tension hospitalière pour pouvoir gérer une probable deuxième vague épidémique, estime Florence Claudepierre, présidente de la FCPE 68: "Malgré toutes les précautions qui seront prises les enfants seront des vecteurs de la maladie, or on n’a pas la capacité d’appliquer le protocole sanitaire. En gardant les enfants à la maison et en poursuivant la continuité pédagogique en place actuellement, il y aurait moins de risque de propagation du virus. De plus, avec une réouverture en mai, il y aura si peu d’heures d’enseignement que les élèves n’auront pas d’évolution pédagogique significative." 

Pour les familles qui n’ont pas de moyen de garde et qui ont besoin de retourner au travail, Florence Claudepierre suggère d'élargir à elles le système d’accueil mis en place pour le personnel de santé. 
Ecoutez Florence Claudepierre sur sa page Facebook.

"Il faut trouver les moyens et le temps de réinventer l'école", estime pour sa part Xavier Schneider, président de la FCPE du Bas-Rhin. "On n’a aucune idée de ce qui va se passer en septembre donc on fait le pari que ce sera mieux que maintenant. Est-ce que ce sera vrai ou pas, on n’en sait absolument rien. Donc il vaut mieux se baser sur l’état actuel de la situation et pour ça il faut utiliser des données que nous connaissons : définir un circuit pour éviter au maximum les croisements, utiliser des horaires décalées par exemple, sans compter tout le périscolaire. C’est tellement compliqué que ce n’est pas en quelques jours qu’on va y arriver."
 

Sur le même sujet

Les + Lus