DECRYPTAGE - Dans votre boîte aux lettres, ce prospectus avec des numéros de dépannage d'urgence est-il une arnaque?

Des prospectus comportant des numéros d’urgence, tout le monde en reçoit. Il sont régulièrement glissés dans vos boîtes aux lettres. Faut-il s'en méfier? Décryptage avec l'exemple d'un prospectus bas-rhinois.
 
Le prospectus est visuellement fort bien conçu.
Le prospectus est visuellement fort bien conçu. © Vincent Ballester, France 3 Alsace
Chouette, un prospectus avec plein de numéros à appeler en cas d’urgence. C’est très pratique, parce que dans la panique, ce sont des numéros qu’on n'a pas le temps ou la possibilité de rechercher. La personne qui a eu l’idée de glisser ça dans la boîte aux lettres est vraiment sympathique: qu’elle soit remerciée... Alors, oui, mais non. Pourquoi donc? On vous explique. Sachez que notre exemple concerne le Bas-Rhin, mais que tous les départements sont concernés. 

À première vue, ce prospectus, d'aspect officiel - il reprend les couleurs du drapeau français - est tout à fait honorable. Y figurent l’intitulé de votre beau département, des numéros médicaux ou pour les transports, mais aussi et surtout des numéros de dépannage garanti "24/24 – 7J/7". Ce sont justement ces numéros qui posent question. On constatera qu’on retrouve les mêmes numéros une ligne sur deux… Nous les avons décortiqués pour vous.
 

Il y a tromperie

Et il s'avère que ces deux numéros, s'étalant sur treize lignes et autant de services, renvoient tous à la même entreprise. Le consommateur ou la consommatrice n'a en réalité pas le choix: il  n'y a que cette entreprise qu'il ou elle peut appeler. Il y a donc "tromperie"; tromperie renforcée par l'utilisation - prohibée - des couleurs du drapeau français, comme nous le confirme le service juridique de la chambre de consommation d'Alsace (CCA).
 
Interrogée à ce sujet, une source policière indique que les prix pratiqués par les entreprises ayant recours à la technique de la plaquette de numéros ne sont pas forcément plus élevés qu’ailleurs, et que le travail peut être de qualité. L’astuce réside généralement dans le fait que l’artisan tentera d’effectuer des travaux supplémentaires, plus importants, après avoir effectué ce pour quoi il ou elle a été appelé(e). Une solution pour s’en prémunir: ne pas sauter sur le premier artisan venu, demander un devis avant toute opération, et ne pas hésiter à comparer avec les devis proposés par d’autres artisans.
 

 

"Vos numéros du quotidien" : rien à signaler 

 
 

"Numéros d’urgence 24/24 – 7J/7" : méfiance

 
 

"Transports" : pas de souci

 

 

"Services & travaux": plein de services, mais seulement deux numéros qui renvoient... à la même entreprise

Au-dessus, les numéros "officiels" sont vrais et sûrs. Mais l'enfilade de numéros de dépannage ci-dessous (et les trois au-dessus) renvoie en fait à deux uniques numéros appartenant eux-mêmes à la même entreprise. Les numéros où joindre les Ateliers d'Alsace se répètent au total sur treize lignes, disséminés parmi des vrais numéros d'urgence. Ce n'est pas très pluraliste. 
   

Quand on appelle ces deux numéros, l'interlocuteur répond donc au nom des Ateliers d'Alsace. Cet intitulé n'est jamais directement évoqué sur ce prospectus. Toutefois, sur le côté de la plaquette, il y a une ligne écrite en très petit qui fournit quelques précieux renseignements.  
On sait donc quelle entreprise a imprimé cette plaquette. Mais en avait-elle le droit? Non. Même si son auteur exerce une activité tout ce qu'il y a de plus légal, cette plaquette vise à tromper le consommateur. L'auteur de ce prospectus pourrait être passible de deux ans d'emprisonnement et 300.000 euros d'amende (article L132-1 du code de la consommation sous la nouvelle numérotation) pour pratique commerciale trompeuse (article L121-2 du code de la consommation). Il faut savoir que beaucoup de consommateurs et de consommatrices se dirigent vers les services de la répression des fraudes, expliquant avoir été victimes d'escroqueries en appelant les numéros figurant sur ce genre de plaquettes.
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gare aux arnaques consommation économie