Emmanuel Macron confirme la fermeture de la centrale Emile Huchet de Saint-Avold

La centrale à charbon Emile Huchet à St Avold en Moselle emploie 135 personnes. / © France 3 Lorraine
La centrale à charbon Emile Huchet à St Avold en Moselle emploie 135 personnes. / © France 3 Lorraine

Emmanuel Macron confirme ce mardi 28 novembre la fermeture de la centrale Emile Huchet en Moselle. Il affirme qu’il y aura plus d’emplois après la fermeture qu’avant. Une déclaration qui suscite la colère des salariés et le scepticisme du maire de Saint-Avold.

Par Francine Dubail

Le Président de la République, ce mardi 28 novembre, a confirmé la fermeture des quatre dernières centrales à charbon françaises d'ici 2022, dont celle de Saint-Avold en Moselle. Dans son discours le chef de l'Etat a annoncé qu'il voulait accompagner les communes concernées par la transition énergétique.
 

Le chef de l'Etat affirme vouloir accompagner les territoires et les salariés vers une reconversion. Il a annoncé que le gouvernement va "prévoir des financements, des mécanismes de substitution". Il a affirmé qu'il y aura plus d'emplois après la fermeture qu'avant.
 
Emmanuel Macron l'a annoncé officiellement, la Centrale Emile Huchet va fermer de manière définitive.

La centrale Emile Huchet emploie actuellement 135 salariés. 
 

"Une absurdité"


Sur le site c’est la colère et l’incompréhension.

Le gouvernement a refusé un investissement de 600 millions d’euros pour maintenir l’emploi, et aujourd’hui il n’y a aucun projet sur la table et ce sont les salariés qui vont payer la note.

déclare Jean-Pierre Damm délégué FO de la centrale Emile Huchet. "Je tiens à dire que sur les 13 millions de tonnes de charbon utilisés chaque année en France, seulement 3 sont consommées par les centrales à charbon alors c'est absurde".

Le projet Bio Gaz définitivement abandonné

 

En octobre dernier, le ministre de la Transition Écologique et Solidaire François de Rugy était venu à Saint-Avold. Il  avait annoncé qu’aucune nouvelle unité au gaz ne remplacerai la dernière tranche au charbon de la centrale Émile Huchet alors qu'un investisseur français était prêt à le développer pour 600 millions d'euros.

Aucun projet sur la table

Le maire de Saint-Avold  attend les propositions de l’Etat pour la reconversion de ce site stratégique. 

Je ne peux qu’exprimer mon scepticisme à l’égard de la politique fiscale du gouvernement, et nous restons à l’écoute des propositions du président de la République concernant la contribution de l'Etat à la réindustrialisation de notre site industriel de Saint-Avold, a déclaré André Wojciechowski conseiller départemental de la Moselle.


"On attend avec impatience les propositions, pour l'instant rien de concret, déclare le maire de Saint-Avold. On va passer sur quel type d'industrie ?"

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus