Cet article date de plus de 3 ans

Emmanuel Macron confirme la fin de la tranche 6 de la centrale thermique Emile Huchet de Carling

Des 3 tranches encore en fonctionnement à la centrale thermique mosellane, seules la 7 et la 8 devraient rester en service après 2022. Le président de la République a annoncé dimanche que les 5 dernières centrales à charbon (dont la tranche n°6 de Carling) "seront fermées pendant le quinquennat."
La tranche charbon de la centrale Emile Huchet de Carling (Moselle).
La tranche charbon de la centrale Emile Huchet de Carling (Moselle). © France 3 Lorraine

Après la centrale à gaz de Richemont fermée en 2010 et celle à charbon de La Maxe fermée en avril 2015, la Moselle va voir la fin d'activité de la tranche numéro six de la centrale Emile Huchet de Carling avant la mi-2022.

C'est ce qui ressort de l'entretien du président de la République Emmanuel Macron, diffusé dimanche 17 décembre 2017 sur France 2.

Pour des "raisons environnementales", à la différence de l'Allemagne qui a maintenu ses centrales à charbon en raison de l'arrêt de ses centrales nucléaires, la France a choisi l'électricité produite par l'atome.

En conséquence, les cinq dernières centrales à charbon en France seront arrêtées dans les très prochaines années.

Elles sont actuellement situées à

Coal power plants in France map-fr - 2016

Le gaz plutôt que le charbon

Sur place, pour les syndicats, cette annonce n'est pas une surprise.

Le groupe EON France, propriétaire de la centrale thermique Emile Huchet par le biais de sa filiale SNET, avait annoncé dès 2012 sa volonté de fermer cinq des sept tranches de ses centrales thermiques fonctionnant au charbon en France.

Ainsi EON a fermé en 2015 les tranches quatre et cinq de Carling.

A terme, c'est à dire à l'été 2022, seules les tranches sept et huit devraient encore rester en service à Carling. Mises en service en 2010, toutes deux fonctionnent au gaz naturel en cycle combiné (GNCC).

Selon EDF, qui possède depuis 2011 une tranche thermique de ce type à Blénod-lès-Pont-à-Mousson, ce processus GNCC permet "d'améliorer le rendement énergétique tout en réduisant les émissions atmosphériques."

Localisation :
 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
industrie économie environnement société emmanuel macron politique