Déconfinement. Fin des 10 km : est-ce que je peux enfin traverser le Rhin pour aller en Allemagne ?

La première étape du déconfinement a lieu ce lundi 3 mai, avec la fin des restrictions de déplacement fixée à 10 km autour du domicile. Mais est-il possible de passer le Rhin à partir de lundi pour aller en Allemagne? Explications et résumé des mesures que vous ignorez peut-être chez nos voisins.

Le tram n'a pas arrêté de fonctionner entre Kehl et Strasbourg depuis juin 2020, même s'il est souvent presque vide ces temps-ci.
Le tram n'a pas arrêté de fonctionner entre Kehl et Strasbourg depuis juin 2020, même s'il est souvent presque vide ces temps-ci. © Florence Grandon. FranceTélévisions.

Est-ce que, comme certains, vous vous posez la question : "Puis-je aller en Allemagne ou pas ?". Et est-ce que comme beaucoup, vous ne savez plus y répondre ? Un groupe Facebook tente de relever le pari, au gré des contrôles et des essais (parfois hasardeux ou soldés par une amende) de certains. Plus sérieusement, il y a des sites internet qui peuvent vous donner des informations, remises à jour régulièrement, comme celui de la ville de Kehl (en allemand) ou celui de l'Eurodistrict (en français)

Voilà un petit résumé pour les plus pressés.

Depuis le 24 avril 2021, et l'introduction pour la première fois de mesures sanitaires drastiques au niveau fédéral, le fameux "frein d'urgence fédéral" (Bundesnotbremse), les mesures de restriction n'ont jamais été aussi fortes (et compliquées) Outre-Rhin, pour les Allemands mais aussi les frontaliers et tous ceux qui s'y rendent. En fonction du taux d'incidence sur 7 jours, les règles s'assouplissent ou les restrictions sont plus fortes. Mais ce qui est compliqué, c'est que chaque arrondissement doit réagir avec une règle fédérale en fonction de son incidence locale.

Depuis le 24 avril, dans l'arrondissement de l'Ortenau (Kehl et Offenbourg), un masque FFP2 est obligatoire dans les bus, trains, trams et sur les quais. Cette mesures est également appliquée dans le tram Strasbourg-Kehl à partir du milieu du pont de l'Europe. Même chose chez les coiffeurs, accessibles uniquement sur rendez-vous. Parce que depuis le 24 avril, l'incidence sur 7 jours a dépassé 100. Si elle repassait en-dessous de 100 pendant 5 jours consécutifs, cette mesure, et beaucoup d'autres seraient levées.

Dans l'Ortenau, avec une incidence comprise entre 100 et 150, le "click and meet" (rendez-vous pris sur internet ou par téléphone pour rentrer dans une boutique et faire ses achats normalement) était possible dans tous les magasins non essentiels. Mais depuis jeudi 29, l'incidence étant passée au-dessus de 150 pendant plus de trois jours, donc le "click and meet" n'est plus possible. Reste le "click and collect" (réservation et/ou paiment en ligne ou par téléphone, récupération des achats devant la porte du magasin) pour les commerces non essentiels.

"Vous avez trouvé les chaussures de vos rêves ? S'il vous plaît, frappez à la porte." Les magasins de Kehl rivalisent d'ingéniosité pour essayer d'avoir des clients.
"Vous avez trouvé les chaussures de vos rêves ? S'il vous plaît, frappez à la porte." Les magasins de Kehl rivalisent d'ingéniosité pour essayer d'avoir des clients. © Florence Grandon. FranceTélévisions.

 

"Avant de rentrer, merci de scanner le QR Code", certaines boutiques et l'office du tourisme le demandent. Il s'agit d'une application qui permet de savoir qui était dans ce lieu clos fermé et avec qui, à telle date. La ville de Kehl a également installé ces codes devant les grosses salles de réunion (jauges revues à la baisse) et le cabinet du maire, et incite fortement ses salariés à les utiliser, pour pouvoir prévenir un cluster à temps. L'application est la seule autorisée dans le Bade-Wurtemberg, c'est un outil parmi d'autres mais elle n'est pas obligatoire. 

Pour entrer dans l'office du tourisme, il faut scanner un QR code via l'application Luca App
Pour entrer dans l'office du tourisme, il faut scanner un QR code via l'application Luca App © Florence Grandon. FranceTélévisions.

 

Pour les habitants de l'Alsace qui souhaitent se rendre Outre-Rhin, une raison impérieuse vous sera demandée (visite d'un proche parent, garde alternée, travail, école). Pour les rendez-vous qui étaient jusque-là possibles (rendez-vous médical, dans une banque, chez un notaire ou un avocat), seuls les rendez-vous complètement indispensables sont possibles. Ce qui énerve les maires des communes frontalières.

Annette Lipowski, de la ville de Kehl explique : "un frontalier qui perd son emploi en Allemagne et veut contester son licenciement ne peut le faire que chez un avocat allemand, mais il ne pourra pas s'y rendre. Sauf à motiver l'urgence et l'importance de ce rendez-vous auprès de la mairie concernée par exemple, qui pourra lui fournir une attestation. Mais les villes n'ont pas les moyens de faire face à un afflux de demandes. Et surtout, comment juger de l'importance de tel ou tel rendez-vous des particuliers ?"

Autre exemple, tout aussi absurde : un habitant de Strasbourg qui a commandé une cuisine à Kehl devra aussi fournir une attestation à l'entreprise allemande où il a acheté sa cuisine pour qu'elle puisse traverser la frontière pour faire le montage. Si le particulier explique que sans cette cuisine, il ne peut pas manger, peut-être a-t-il une chance. "Ces situations sont ubuesques et ridicules, et cela montre bien, une fois de plus que les règles ont été décidées à Stuttgart, sans connaissance des réalités aux frontières."

"Vous avez trouvez chaussure à votre pied dans la vitrine ? Pas de problème, envoyez-nous sa photo par whatsapp et nous vous enverrons la paire chez vous." Ou comment donner envie aux clients de continuer d'acheter malgré les restrictions drastiques et changeantes.
"Vous avez trouvez chaussure à votre pied dans la vitrine ? Pas de problème, envoyez-nous sa photo par whatsapp et nous vous enverrons la paire chez vous." Ou comment donner envie aux clients de continuer d'acheter malgré les restrictions drastiques et changeantes. © Florence Grandon. FranceTélévisions.

 

Les personnes qui peuvent prouver qu'elles ont eu le covid et une dose de vaccin ou les personnes qui ont reçu deux doses depuis plus de 14 jours peuvent se rendre en Allemagne sans motif impérieux et sans quarantaine, c'est la nouveauté depuis le 19 avril, comme nous vous l'expliquions ici. Y compris pour faire des courses, se promener ou aller randonner en Forêt Noire. C'est le passeport vaccinal avant même qu'il ne soit en vigueur en Europe. 

Ça c'est une règle fédérale qui n'a pas encore été modifiée. Frontaliers, passeurs de frontières en règle (cf. ci-dessus) doivent présenter, en cas de contrôle en entrant en Allemagne, un test PCR ou antigénique négatif de moins de 48h. Les frontaliers et les écoliers peuvent n'en faire que deux par semaine. Les personnes vaccinées y sont aussi soumises.

"Entrée uniquement avec un test négatif", dans une boutique d'habillement de Kehl, avant le 29 avril 2021
"Entrée uniquement avec un test négatif", dans une boutique d'habillement de Kehl, avant le 29 avril 2021 © DR

 

> Pour information, jeudi 29 avril, l'incidence sur 7 jours était retombée à 121,4 dans l'Ortenau. Elle était à 152 la veille, et à 146,2 vendredi 30 avril. Il s'agit en fait d'une erreur informatique, "donc ce chiffre n'est pas valable pour la journée de jeudi", précise Annette Lipowsky. Vous êtes perdus ? Nous aussi.

Pour résumer

Donc, en gros, la France déconfine lundi, vous pouvez allez où vous voulez... mais pas en Allemagne. Sauf si vous êtes vaccinés et avez un test PCR ou antigénique négatif sur vous. Ou si vous n'avez rien contre une amende de plusieurs centaines d'euros en cas de contrôle.

"Thomas Pesquet est allé [dans l'] espace... Nous, on peut toujours pas aller à Kehl", une internaute sur le "Groupe où on se demande tout le temps si on peut aller à Kehl".

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
frontaliers international allemagne outre-rhin