• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Formé à l'Estac, Blaise Matuidi élu joueur Français de l'année 2015

Malheureusement pour l'Estac, Blaise Matuidi ne regarde plus vers Troyes depuis longtemps. / © AFP (Charly Triballeau)
Malheureusement pour l'Estac, Blaise Matuidi ne regarde plus vers Troyes depuis longtemps. / © AFP (Charly Triballeau)

A 28 ans, le milieu de terrain du PSG a été consacré par un jury d'ancien champions réunis par le magazine France-Football. L'international tricolore, né à Toulouse, mais formé à Troyes entre 2003 et 2007, a devancé Paul Paugba (Juventus de Turin) et Antoine Griezmann (Atlético de Madrid).

Par Florent Boutet

L'Estac n'a pas tardé à saluer la nouvelle sur son site internet : "C'est une nomination qui rejaillit sur le Centre de Formation. Le club est fier et honoré après la désignation de Blaise Matuidi comme meilleur joueur français de l'année 2015". Mais en réalité celui qui n'était alors qu'un espoir du ballon rond resta peu de temps dans les rangs de l'équipe U19 pour intégrer le groupe de Jean-Marc Furlan qui évoluait alors en Ligue 2.

Titularisé à 17ans ; vendu 5 millions à 20ans


Blaise Maltidi fait ses débuts professionnels à 17 ans avec une première titularisation face à Guegnon en novembre 2004. Dès l'année suivante, après l'accession du club Troyen en Ligue1, il devient progressivement l'un des piliers de l'équipe. La relégation du club en fin de saison, s'accompagne l'été suivant de la vente du milieu de terrain à l'AS-Saint-Etienne contre un chèque de 5 millions d'euros.

Il restera chez les Verts durant quatre saison (2007-2011). Depuis Blaise Maltuidi s'est engagé avec le PSG : avec le club de la capitale il a notamment remporté trois championnats consécutifs entre 2013 et 2015.

Dans les colonnes de France Football, l'international formé à Troyes explique qu'il a endossé un nouveau statut : «Je vois le respect des entraîneurs, de mes coéquipiers, que ce soit en club ou en sélection. C’est une grande fierté parce que cela montre que ce que je fais ne passe pas inaperçu, que mon travail est reconn. (...) Ça prouve que j’ai gagné leur respect comme footballeur mais aussi en tant qu’homme.»

A lire aussi

Sur le même sujet

Restauration intérieure de la Villa Majorelle à Nancy

Les + Lus