Gares lorraines : plus personne aux guichets !

Mobilisation pour sauver le guichet SNCF de la gare de Pagny-sur-Moselle en février 2019 / © FTV
Mobilisation pour sauver le guichet SNCF de la gare de Pagny-sur-Moselle en février 2019 / © FTV

Selon la SNCF, 6 guichets de gare ont fermé en Lorraine depuis 2018. Le 28 septembre prochain, celui de Varangéville (54) suivra. Les grandes gares ne sont pas épargnées... Inacceptable pour la CGT qui dénonce la déshumanisation du service public. 

Par Arnauld Salvini

Inutile de parler devant l'hygiaphone ! "Il n'y a plus personne..." hurlaient les 4 usagers du groupe Téléphone. 
Un refrain que pourrait reprendre en choeur les syndicalistes CGT et les usagers de nombreuses gares lorraines. Selon la SNCF, depuis 2018, six guichets d'accueil ont été fermés en Lorraine et pas des moindres au regard de la fréquentation ou de la taille de la ville :

6 guichets fermés depuis le début 2018


- Pagny-sur-Moselle (54) 
- Contrexéville (88)
- Mirecourt (88)
- Pont-Saint-Vincent (54) 
- Hayange (57)
- Bouzonville (57)
- Faulquemont (57) et Remilly également touchés avec respectivement 3 jours et 2 jours d'ouverture par semaine
- En attendant Varangéville (54) le 28 septembre.

On privilégie les métropoles aux dépens des petites communes.
Christophe Achoub, CGT cheminots Lorraine


La CGT dénonce la déshumanisation des gares et l'abandon du service public. Les conventions passées auprès des débitants de tabacs désormais habilités à vendre des billets ne trouvent pas grâce non plus aux yeux de la CGT. "Les buralistes n'effectueront pas d'opérations d'après-ventes, d'échanges ou de remboursements et ne sont pas en capacité de renseigner les usagers sur des spécificités" incapable de répondre "au dédale tarifaire et aux particularités des trajets".

Les grandes gares également touchées


Un mouvement qui touche également les grandes gares lorraines. "Même à Metz, les guichets ferment. Ce sont des files d'attente pas possible" renchérit Christophe Achoub, de la CGT Cheminots Lorraine.
Pour répondre à la disparition des guichets, les communicants de la SNCF n'hésitent pas à laisser les nuances à quai : "La réponse est simple... la rentabilité ! Ces guichets vendent trop peu de billets [...]. On a des agents qui voient 3 clients dans la journée" pointe Sophie Huraux de la SNCF Lorraine. "Varangéville aura un nouvel automate où l'on pourra payer en espèces. La salle d'attente restera également ouverte".

Seulement trois clients dans la journée !
- Sophie Huraux, communication SNCF Lorraine


Signe des temps, la multiplication des distributeurs en gare et la généralisation de l'achat de billets sur internet ont fini par détourner la clientèle des guichets.
Les cabines téléphoniques ont déjà disparu de notre paysage. Le bon vieil hygiaphone ne devrait pas non plus survivre au nouveau monde numérique...






 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le dépannage de la voiture de gendarmerie

Les + Lus