Haut-Rhin : La Carpe Koï à l'honneur. Et elle ne se mange pas frite.

Publié le Mis à jour le
Écrit par Cécile Poure

C'est un événement extrêmement rare en France et il est organisé ce week end à Rummersheim-le-Haut.
Le Koï Show. Une exposition entièrement consacrée à la carpe, emblème du Japon.
Ouste la Carpe frite vive la Carpe Koï.

Un peu de (pisci) culture pour commencer.
La Koï ? Kesakoï ?
En fait c'est simple. Très simple. Le terme japonais koï signifie littéralement carpe.
La carpe Koï est donc implacablement une carpe carpe.

Un peu d'histoire


La carpe koï n'est pas originaire du Japon. Hé non.
La plus ancienne forme de carpe Koï vivait dans les mers Noire, Caspienne, d'Aral et d'Azov.
C'est en Chine qu'apparaissent les premières traces de carpe Koï  vers 500 av. J.-C.
Ca laisse coi.

La carpe koï ne fut introduite au Japon que lors des invasions chinoises vers l'an 200.
Elle y fut bientôt comme un poisson dans l'eau et devint même l'emblème national.

Les premières techniques d'élevage de cette carpe furent également inventées en Chine à des buts alimentaires. Sa chair serait très savoureuse.
Au XVII siècle, dans la région du Niigata, la carpe est introduite dans les rizières afin d'améliorer le régime alimentaire à base de riz des paysans.

Les premières mutations chromatiques remarquables apparaissent entre 1804 et 1830 : on voit apparaître des carpes rouges, blanches et jaunes.
La carpe Koï est une mutante, il faut le savoir.



Carpes que l'ont va allègrement croiser pour en faire de véritables oeuvres d'art.
Plus belles que bonnes.

Des objets de collection


A l'issue de la seconde guerre mondiale, les carpes Koi sortent de leur île, s'exportent avec le succès qu'on leur connaît.
Car ces animaux sont de braves bêtes.
Pacifiques.
Peut être pas quand même chaleureuses mais disons "tactiles".
Elles ont un comportement pacifique et routinier, très proche de l'homme.
Du moment que le nourrissage est à heure régulière, la carpe Koï vient facilement au contact de la main qui lui dispense sa nourriture.


Les carpes koï peuvent être très chères, suivant leur classe : A, B et C.
Le prix de certains spécimens rares et très esthétiques peuvent atteindre 180 000 euros.
  • Les carpes koï de la classe A proviennent uniquement d'élevages japonais et considérées comme étant les meilleures.
  • Les carpes koï nées de parents japonais mais qui n'ont pas été élevées au Japon forment la classe B.
  • En revanche, les carpes de grade C n'ont pas de liens de parenté avec les koïs et ne devraient pas être considérées comme telles.

Une classification qui  joue aussi dans les concours internationaux comme le Koi Show.

durée de la vidéo: 00 min 13
ITW concours carpes Koï ©France 3 Alsace


La plus prisée des carpes koï est le tancho.
Cette carpe est blanche avec une tache rouge unique sur le sommet de la tête, particulièrement appréciée des Japonais en raison du motif rappelant le drapeau du pays. 


Koï Show



Le koï show rassemble ce week end les plus beaux specimens européens.
Le Benelux et l'Allemagne sont champions en la matière... et pour être évalués par le jury, les poissons sont classés par catégories de couleur et de taille selon des critères internationaux très officiels.

Comment bien nourrir ses carpes koï, comment prendre soin d'elles, les manipuler sans les blesser... on peut tout apprendre au koï show et peut-être même attraper la koï aigüe.


Pour cela mieux vaut disposer d'un bassin dans son jardin.
Les Koï aiment vivre à l'eau libre et sont incapables de s'adapter en aquarium.
Il leut faut chacune, un mètre cube d'eau.

Les Koï sont des poissons de luxe.


Y ALLER











En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.