Haut-Rhin : Hopla Chips, la marque alsacienne lancée par une fabricante de biscuits et un producteur de choucroute

L'un est dans la choucroute, l'autre dans le biscuit. Dans le Haut-Rhin, deux gérants se sont associés pour fabriquer des chips (presque) 100% alsaciennes. La marque Hopla Chips est née au mois de mai avec des pommes de terre locales. Prochain objectif : les transformer en Alsace.

Prenez une gérante de biscuiterie et un fabricant de choucroute et obtenez les premières chips alsaciennes. Depuis le mois de mai, la marque Hopla Chips commercialise ses croustilles partout en France. Sans surprise, l'idée a germé autour d'un apéro entre amis, entre deux bretzel et un paquet de chips. Pascal Claude, gérant de la Choucrouterie Claude, s'occupe de l'approvisionnement en pommes de terre et Céline Albisser, gérante de la biscuiterie Albisser à Pfastatt (Haut-Rhin) est à l'origine du packaging. 

Ces deux passionnés se sont servis des confinements, et surtout des stocks de pommes de terre laissés par les restaurateurs pour se lancer. Si la matière première est 100% alsacienne, leur transformation en chips ne l'est pas encore. 

La chips made in Alsace (et Tarn)

"Faire un produit local et de qualité", c'est le mot d'ordre de la marque. Et pour avoir les meilleures chips, il faut d'abord choisir les meilleures pommes de terre. "Il ne faut pas prendre n'importe laquelle. Il faut cocher plein de critères différents. Pour nous, l'agria, c'est celle qui passe le mieux. Mais pour commencer, nous avons pris ce qui était disponible sur le marché", explique Pascal Claude. Chaque mois, 150.000 paquets de 250 grammes sont produits, soit 15 tonnes de pommes de terre transformées depuis le mois de mai. Mais les gérants veulent aller plus loin en augmentant la cadence. L'objectif : produire trois millions de paquets par an. 

Côté concurrence, les créateurs d'Hopla chips ne s'inquiètent pas trop. Ils sont les premiers à s'être lancés dans la chips en Alsace. Seules les grandes marques nationales et internationales pourraient leur faire de l'ombre dans le rayon apéro. "Entre la choucroute et les biscuits, on avait déjà nos clients derrière nous, assure Pascal Claude. Le consommateur veut du produit local et veut que ce soit fait localement." C'est le seul point noir au tableau. Hopla Chips sous-traite la fabrication des croustilles dans le Tarn (voir la carte ci-dessous). Mais la marque se donne les moyens pour produire du 100% local. 

Faire du 100% local

"Nous n'avons rien trouvé de plus près et au niveau de la qualité, c’est ce qui nous plaisait le plus", explique Pascal Claude. Avec Céline Albisser, il envisage de construire une unité de production de chips pour gérer toute la chaîne, de la récolte des pommes de terre jusqu'à l'approvisionnement des grandes surfaces et des magasins de producteurs. Fabriquer local, mais aussi entrer dans une démarche écoresponsable. "On tâche d'en faire un projet vertueux. Nous avons déjà imaginé cette unité avec un toit en photovoltaïque. Les eaux de lavage seront utilisées en maraîchage et les épluchures et huiles des chips serviront à la méthanisation (pour produire du biogaz, ndlr)". Ce méthaniseur doit être installé en septembre et fonctionnera avec d'autres produits, notamment avec le jus et les feuilles de choux issus de la choucrouterie Claude. Quant à l'unité de production, elle devrait voir le jour d'ici un an. 

Croustillante, Alsacienne, et nature. Pour l'instant, Céline Albisser et Pascal Claude misent sur la chips traditionnelle (à 2,49 euros le paquet) mais voudraient lancer d'autres goûts en utilisant des arômes naturels. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie alimentation société