• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

“Cela me fait du bien d'être vu comme français” : tout juste naturalisés, trois nouveaux Français témoignent

La cérémonie de naturalisation marque la fin de plusieurs années de procédures / © Elise Koutnouyan / France 3 Alsace
La cérémonie de naturalisation marque la fin de plusieurs années de procédures / © Elise Koutnouyan / France 3 Alsace

Mercredi, une centaine de nouveaux Français résidants dans le Haut-Rhin ont été accueillis officiellement à la préfecture dans une cérémonie emprunte d'émotions. 

Par Elise Koutnouyan

C'est une "journée spéciale" et un "rendez-vous civique important". Mercredi 5 décembre 2018, 99 nouveaux Français se sont vus remettre en main propre leur décret de naturalisation lors d'une "cérémonie d'accueil dans la nationalité française" organisée à la préfecture du Haut-Rhin, à Colmar. Les 85 adultes et 14 enfants originaires de 29 pays ont visionné un film "Devenir français" et entonné une Marseillaise avant de pouvoir repartir avec le précieux papier.

Chaque année, environ 600 personnes sont naturalisées dans le Haut-Rhin et plus de 65.000 dans l'Hexagone. Ces cérémonies solennelles, organisées depuis deux ans, concrétisent un souhait de longue date : devenir citoyen français.


Yolena, 37 ans: "Je suis très reconnaissante envers la France"

Yolena est violoncelliste à l'orchestre symphonique de Bâle / © France 3 Alsace
Yolena est violoncelliste à l'orchestre symphonique de Bâle / © France 3 Alsace
"C'est une journée très symbolique. Je me sens enfin faire partie du pays qui m'a accueillie", confie cette musicienne originaire du Venezuela. Arrivée en Europe pour ses études en 2003, Yolena s'est installée à Saint-Louis il y a huit ans avec son mari. "Venant d'un pays qui traverse une crise profonde, c'est un honneur pour moi d'être citoyenne d'un pays où la liberté et les conditions de vie sont garanties. Cela me rend heureuse."

Pour la cérémonie, ses parents ont fait le déplacement depuis la Colombie où ils sont réfugiés: "Je voulais avoir un souvenir concret du jour où je suis devenue française. On peut dire que ça ne change pas grand chose au quotidien. Mais ça m'aide à ressentir que j'appartiens officiellement à ce pays."
 


Marko, 20 ans: "La France est un pays élégant"

Même s'il a déjà reçu ses papiers français en juin, Marko a tenu à assister à la cérémonie de naturalisation / © France 3 Alsace
Même s'il a déjà reçu ses papiers français en juin, Marko a tenu à assister à la cérémonie de naturalisation / © France 3 Alsace
Arrivé d'Albanie à l'âge de 4 ans avec sa famille, ce danseur a fait le déplacement depuis Toulouse, où il habite désormais: "On aurait pu m'envoyer les papiers par la Poste, mais j'ai choisi de venir à la cérémonie. Ca me tenait à coeur. Et c'est l'occasion de fêter la naturalisation en famille."

Pour le jeune homme, la nationalité est avant tout la promesse de formalités administratives moindres: "Je n'ai jamais vraiment eu de problèmes avant car j'avais une carte de séjour. Mais je sais que ce sera plus facile pour trouver un travail ou me déplacer, pour mes futures tournées." Il conclut: "J'aime beaucoup la France, c'est un beau pays. Cela me fait du bien d'être vu comme français."

 

Mangold, 51 ans : "Il était temps !"

Mangold a appris le français petit à petit, grâce à son mari rencontré dans le cadre du travail en Suisse / © France 3 Alsace
Mangold a appris le français petit à petit, grâce à son mari rencontré dans le cadre du travail en Suisse / © France 3 Alsace
Après vingt-huit ans de vie en France, un mari et deux filles, cette Allemande s'est enfin décidée à demander la nationalité: "J'avais un peu de temps libre. Avec mon mari, on se sent surtout Européens mais je suis contente de pouvoir voter, maintenant. Je suis bien ici, je paie mes taxes, je ne compte pas retourner vivre en Allemagne. Ses enfants ont la double nationalité, comme elle désormais. Mon mari sera le seul de la maison à n'en avoir qu'une", pointe-t-elle en rigolant.

Cette graphiste se souvient de sa surprise, le soir où la gendarmerie a toqué à leur porte pour l'enquête dans le cadre de la demande de naturalisation. Cette "journée spéciale" marque la fin de deux années de procédure: "une fois la famille réunie, ça fera une raison de plus de faire la fête."
 

A lire aussi

Sur le même sujet

REIMS. Gilets jaunes et forains

Les + Lus