Colmar : explosion au lycée Bartholdi, 900 personnes évacuées

Trois explosions ont été entendues ce vendredi 13 novembre dans l'enceinte du lycée Bartholdi de Colmar (Haut-Rhin), juste avant 8 heures. Une évacuation des élèves a été ordonnée. L'explosion provient d'un tir de mortier et semble n'avoir blessé aucun élève ou personnel enseignant.

Les cours avaient commencé lors de l'explosion, et il a fallu évacuer les élèves.
Les cours avaient commencé lors de l'explosion, et il a fallu évacuer les élèves. © Patrick Kerber
Il était environ 7h55, le vendredi 13 novembre 2020, lorsque trois fortes détonations ont été entendues à l'intérieur du lycée Bartholdi de Colmar (Haut-Rhin). Les cours venaient de commencer cinq minutes plus tôt. Rapidement présentes sur les lieux, les forces de l'ordre ont procédé à l'évacuation totale des élèves et du personnel enseignant.

Le point d'évacuation a été fixé sur le square Hirn, donnant sur le boulevard du Général Leclerc (voir sur la carte ci-dessous). Près de 940 élèves étudient au lycée Bartholdi.
 
Les premières constatations ont conclu à un tir de mortier dans une cage d'escalier du lycée. On ne rapporte aucune personne blessée. 

Par mesure de précaution, une équipe cynophile a été envoyée sur place pour vérifier l'absence de tout explosif. En plus de la police et de la gendarmerie, ainsi que des pompiers, Éric Straumann, maire (LR) de Colmar, était présent (voir sa publication sur Facebook ci-dessous). 
 
Louis Laugier, le préfet du Haut-Rhin, s'est également rendu au lycée pour suivre le déroulé des opérations. La préfecture parle d'une "déflagration" et a annoncé l'ouverture d'une enquête. L'auteur est recherché. L'origine des détonations n'était pas connue dans un premier temps.

Les premiers témoignages font écho d'une explosion assez forte, sonore (trois selon la directrice de l'établissement). Les élèves ne savaient pas qu'il s'agissait d'un tir de mortier (voir le tweet ci-dessous). Un professeur de sciences rapporte "beaucoup de paniques et de stress", tandis que les élèves s'abritaient sous leurs tables (la consigne en cas d'intrusion ou attentat). 
 
La situation est prise très au sérieux : des fouilles ont eu lieu sur des élèves. Les secours doivent rester sur place un moment, le temps d'enquêter sur ce qu'il s'est passé. La commissaire divisionnaire de police Virginie Perrey a fait une déclaration aux élèves avec un mégaphone.

"On est intervenus très vite, vos parents ont été prévenus. À ce stade de l'enquête, voici ce qu'on sait : quelqu'un a tiré un pétard. Un gros pétard. Je rappelle à tous que c'est un délit. Ça veut dire prison et amende. Que ce soit bien clair pour tout le monde. Nous avons fait deux fois le tour du lycée : toutes les salles. Le danger est écarté. Pour plus de sécurité, un chien va refaire le tour de tout le lycée. L'endroit sera alors sûr. Vous ne risquez rien. Merci pour votre calme."
 
Forte présence des forces de l'ordre après l'explosion au lycée Bartholdi.
Forte présence des forces de l'ordre après l'explosion au lycée Bartholdi. © Patrick Kerber

Dans un premier temps, il était annoncé que les cours devaient reprendre vers 10 heures. La reprise a ensuite été décalée à 14h00. À 10h45, il ne restait plus d'élèves. Les externes ont regagné leur foyer, et le lycée Victor Hugo, situé à deux rues, a accueilli les internes.

Le lycée Bartholdi accueille des filières générales et technologiques. Il est nommé d'après le Colmarien Auguste Bartholdi, père de la statue de la Liberté à New York. Plusieurs parties de l'établissement sont classées monument historique.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers jeunesse société