Coronavirus : la foire aux vins de Colmar est annulée, une première depuis 1948

Depuis plus d'un mois, les organisateurs de la foire aux vins de Colmar ne savaient sur quel pied danser. Aura lieu, n'aura pas lieu? Le premier ministre, Edouard Philippe a tranché ce mardi 28 avril. Les rassemblements de plus de 5.000 personnes sont interdits jusqu'en septembre.

La foire aux vins de Colmar est annulée pour cause de coronavirus, du jamais vu depuis 1948.
La foire aux vins de Colmar est annulée pour cause de coronavirus, du jamais vu depuis 1948. © Capture d'écran du site de la Foire aux vins de Colmar www.foire-colmar.com
Aussitôt l'annonce d'Edouard Philippe tombée ce mardi 28 avril - tous les rassemblements de plus de 5.000 personnes sont interdits jusqu'en septembre et les salles de concert resteront fermées-  la page d'accueil du site de  la foire aux vins de Colmar a été changée, barrée d'un "annulé" cinglant pour tous les fans de ce rendez-vous estival incontournable en Alsace depuis 1948. C'est d'ailleurs la première fois que l'événement, dont ce devait être la 73e édition, est annulé, reporté du 23 juillet au 1er août 2021."Courage", "c'est normal", "prenez soin de vous", "à l'année prochaine", les commentaires des internautes sont pour la plupart bienveillants. "C'est un crève-coeur pour nous", Christophe Crupi, directeur des foires et salons de la société Colmar Expo qui gère la foire depuis le début des années 1990, a la voix qui tremble d'émotion sûrement et de fatigue aussi. "Nous comprenons tout à fait cette décision que nous attendions pour tout dire. Nous n'aurions pas pu assurer la sécurité sanitaire nécessaire sur le site, rendez vous compte, nous avons des pics à 20 ou 30.000 visiteurs par jour". En effet, la foire aux vins de Colmar, c'est le plus gros événement de l'été dans le Grand Est avec un record de fréquentation battu l'an dernier avec plus de 315.000 visiteurs.
 

Activation du cas de force majeure

Sur le plan financier, l'annonce du Premier ministre permet à la société d'activer le cas de force majeure et donc de récupérer les sommes engagées notamment auprès des artistes. "C'est une décision cohérente que nous attendions pour clarifier la situation. La société restera debout mais il faut bien reconnaître que le secteur de l'événementiel a pris un sacré coup. Nous sommes à l'arrêt depuis près de deux mois et ne savons pas ce que nous pourrons faire en septembre, ce tsunami va laisser des traces c'est certain", ajoute Christophe Crupi. Et Julia Wolf de confirmer. La jeune femme travaille avec son papa. Ils tiennent l'Embuscade, un bar fait de conteneurs, présent depuis quatre ans sur la foire et qui accueille le show des pins-up d'Alsace et les rockeurs de la scène off du festival. "La FAV, ça représente une grosse partie de notre chiffre d'affaires annuel, c'était la 4e année qu'on était là et on commençait à être bien en place, c'est vraiment dur mais on va faire ce qu'il faut pour rebondir", assure Julia Wolf, un brin désemparée.

Ce que confirme André Ruhlmann, viticulteur et exposant à la foire depuis une dizaine d'années. "On va oublier 2020 très vite, pour repartir avec deux fois plus d'idées en 2021, deux fois plus de pêche!" enthousiaste, aucun doute, il l'est, André Ruhlmann. Et pourtant, cette nouvelle, "c'est une grande tristesse. Pour moi, la FAV, c'est une bulle dans l'année, on avait plein de projets et c'est sans compter les pertes financières. On va s'en sortir mais c'est difficile". 
 

Remboursement ou avoir, il faut encore un peu de temps

Reste la question des concerts. Cinq soirées étaient déjà disponibles à la vente et certains avaient pris leur billet. "Nous demandons à nos clients de la patience. Nous sommes en pourparlers avec les producteurs des artistes pour essayer de décaler les dates à l'année prochaine. Alors, les billets vendus seront toujours valables. Si nous ne parvenons pas à décaler les dates, nous ferons des avoirs ou des remboursements, tout cela doit encore être défini mais nous avons besoin de quelques semaines pour y voir plus clair", explique Christophe Crupi.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
foire aux vins de colmar culture gastronomie vins coronavirus/covid-19 santé société